Société

ALÈS Camille et Vincent, jeunes bénéficiaires de la Garantie jeune

Vincent, 23 ans, et Camille, 21 ans. EL/OG
Vincent, 23 ans, et Camille, 21 ans. EL/OG

En septembre dernier, la Mission locale d'Alès a mis en place un suivi personnalisé pour les 18-25 ans éloignés de l'emploi : la Garantie Jeunes. Un dispositif national qui a déjà accompagné 116 personnes en Cévennes. Bilan d'étape.

Ateliers informatique, recherche d'emploi, ciblage des objectifs, parcours santé, coaching, pendant un mois, les 18-25 ans qui s'engagent sur le contrat Garantie Jeunes sont suivis collectivement à plein temps. Objectif : ouvrir le champ des possibles, retrouver l'estime de soi. "Les jeunes vivent parfois des situations personnelles très difficiles. Certains dorment même dans la rue. Il suffit parfois simplement qu'ils reprennent goût pour avancer. Plus on a confiance en soi, mieux on réussit. La dynamique de groupe aide", commente Laurence Bailleul, coach en développement personnel. Pendant les 11 mois qui suivent, le jeune doit effectuer des démarches personnelles de recherche d'emploi et effectuer 80 jours en entreprise. 2000 h de stage ont été réalisés sur les trois premiers mois de l'année. En parallèle, des rendez-vous individuels et collectifs sont organisés.

Intégré depuis 6 mois dans la deuxième cohorte alésienne, Vincent n'y voit que du positif : "C'est une véritable expérience humaine. J'ai compris que je n'étais pas seul dans la galère. J'ai redécouvert quelqu'un que je ne connaissais pas". Éloigné de l'emploi à 23 ans, l'Alésien a décroché un service civique de 24h/semaine à la Mission locale il y a un mois, et profite de son temps libre pour continuer de prospecter.

Camille, de son côté, vient seulement d'arriver dans le dispositif. Elle veut "repartir du bon pied" et devenir moniteur éducateur. Sans ressources, elle souhaite profiter de l'aide mensuelle de 461€ octroyée par la Garantie Jeunes pour financer sa formation. "Dans 6 mois, j'aurai mis assez de coté", précise-t-elle.

D'ici la fin de l'année, la Mission locale a pour ambition d'accompagner 234 jeunes en difficulté. Un chiffre qui devrait être atteint relativement aisément, même si le dispositif peine encore à se faire connaître. En vue d'améliorer la prise en charge, le sous-préfet d'Alès souhaite également "réfléchir à des recrutements plus favorables à la création de synergies de groupe". L'Etat finance le projet à hauteur de 1600 € par individu.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité