A la uneSociété

FAIT DU JOUR Le Groupe d’entraide mutuelle, « pour rompre l’isolement lié au handicap psychique »

Une partie du bureau du GEM Cèzâme de Bagnols, avec l'animatrice Aurore Fournet et la présidente Elisabeth Cherpi (à G.) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Une partie du bureau du GEM Cèzâme de Bagnols, avec l'animatrice Aurore Fournet et la présidente Elisabeth Cherpi (à G.) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une villa, entre Vigan-Braquet et l’Ancyse à Bagnols. Une villa banale, à l’exception d’une petite plaque sur laquelle figure « Cèzâme ».

C’est ici que depuis neuf ans, le Groupe d’entraide mutuelle (GEM) de Bagnols, association baptisée Cèzâme pour l’âme de la Cèze, se réunit.

« C’est par eux, et pour eux »

Une association chapeautée par la structure Epiphyte, et qui a la particularité d’être composée de personnes en situation de handicap psychique, à l’exception de l’animatrice Aurore Fournet. « C’est par eux, et pour eux », résume-t-elle d’une phrase. « Nous, handicapés psychiques, gérons l’association, c’est nous qui composons le bureau, explique la présidente Elisabeth Cherpi. C’est un lieu pour rompre l’isolement lié au handicap psychique. »

Pour ce faire, l’association propose un accueil pour ses membres autour d’un café ou d’un thé, ainsi qu’une kyrielle d’activités : du sport, un atelier de création artistique, un autre d’écriture, des visites de musée, des sorties en pleine nature, au cinéma, au musée, des repas, des lotos, un voyage annuel… « on a des activités tous les jours », affirme l’animatrice Aurore Fournet, qui construit avec les adhérents le planning de l’association. A ces activités s’est greffé un aspect bien-être avec les interventions d’une masseuse, d’une esthéticienne ou encore d’une coiffeuse, contre participation symbolique des adhérents.

Lors d'une sortie du groupe (DR)
Lors d'une sortie du groupe (DR)

Entre tabou et stigmatisation

Et au delà des activités, le GEM participe à diverses manifestations, comme le Téléthon ou le festival Singuliers Pluriels, et se veut résolument ouvert vers l’extérieur : « c’est important pour véhiculer une autre image de la maladie psychique », estime Aurore Fournet. C’est qu’en plus de l’isolement, les malades se sentent encore trop souvent stigmatisés à cause de leur handicap. « La maladie psychique est taboue », note Jean-Christophe Hilaire, membre du GEM. « Les gens ont des craintes vis-à-vis de ce handicap qui ne se voit pas », poursuit la présidente, quand Aurore Fournet affirme que « dès qu’on met le mot schizophrénie, bipolarité, ou dépression sévère, il y a des gens à qui ça fait peur. »

Il n’y a vraiment pas de quoi : l’association compte une quarantaine d’adhérents, qui sont « tous stables », explique la présidente. Il s’agit d’une condition sine qua none pour rentrer au GEM, l’association ne s’occupant pas du côté médical. « On travaille beaucoup avec les hôpitaux psychiatriques de la région, les médecins, les institutions médico-sociales », abonde l’animatrice.

S’il est difficile de quantifier l’effet médical du GEM sur ses adhérents, Elisabeth Cherpi parle d’« un plus en matière d’ouverture sociale, on a une vie plus remplie, des journées bien occupées », quand Jean-Christophe Hilaire y voit « un lieu d’écoute, d’échange, de partage », et pas uniquement sur la maladie.

Un lieu qui dispose d’une cuisine, d’une salle informatique ou encore d’un jardin avec potager et poulailler. « Et on voit pour faire un terrain de pétanque », précise Jean-Christophe Hilaire, par ailleurs artiste-peintre (« je suis malade, mais je suis aussi artiste »), avant de donner sa définition de l’entraide mutuelle : « on m’a aidé, et quand je suis en mesure de le faire, j’aide. »

Et aussi :

Le Gard compte quatre GEM, deux à Nîmes, un à Alès et un à Bagnols. D’après les derniers chiffres disponibles, au moins 370 GEM existent en France, et regroupent plus de 22 500 membres.

Le GEM Cèzâme participera au colloque sport et santé mentale, les 26 et 27 mai au Novotel Atria de Nîmes.

Le GEM Cèzâme cherche des bénévoles. Vous pouvez contacter l’association au 04 66 33 16 29, au 06 52 87 19 45 et à l’adresse suivante : cezame30@free.fr. Plus d'informations ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité