ActualitésPolitique

GARD Lutte contre le radicalisme : le député Cavard répond à Jean-Paul Fournier sur le rôle des maires

Le député ÉCOLOGISTE ! Christophe Cavard (Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard)
Le député ÉCOLOGISTES ! Christophe Cavard (Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard)

Vent debout contre le manque d’informations des maires dans la lutte contre le radicalisme sur leur territoire, Jean-Paul Fournier propose que les services de l’État communiquent le nom des fichés S. Une proposition que réfute le député Écologistes ! du Gard Christophe Cavard. 

La semaine dernière, à l’occasion des questions au gouvernement, le sénateur-maire Les Républicains de Nîmes Jean-Paul Fournier s’est indigné du « manque de dialogue entre les services de l’État et les collectivités territoriales ». Assurant que les maires « sont ceux qui connaissent le mieux leur population », ces derniers devraient, selon lui, « bénéficier de renseignements utiles » et pourquoi pas, leur divulguer les noms des « fiches S liés à des enjeux terroristes » sur leur commune...

Membre de « la commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes », le député Écologistes ! du Gard, Christophe Cavard, a souhaité réagir. Contre la proposition de l'édile, il interroge : « quelle serait l’utilité pour des élus locaux d’avoir les noms ? Contrairement à la Belgique, les maires avec leur police municipale n’ont aucune prérogative en matière de lutte contre le terrorisme… À part mettre les élus dans une certaine confidence, je ne vois pas à quoi cela sert ».

Selon le parlementaire, cette mesure serait même contre-productive : « les personnes fichées S ne sont pas toutes des terroristes. Ce sont des personnes qui font l’objet d’un suivi particulier de la part des services de renseignements. Et dans les personnes fichées S, il y a plusieurs niveaux de dangerosité ». Si elle était effective, cette divulgation pourrait « entraîner un risque de stigmatisation de la part des services municipaux », pense Christophe Cavard. Reconnaissant toutefois, le « vrai sentiment d’impuissance » que peuvent ressentir certains maires, il invite Jean-Paul Fournier « à se rendre à la préfecture pour demander des informations plus précises concernant la lutte contre le radicalisme » à Nîmes.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité