Actualités

BAGNOLS L’association des usagers du TER rive droite réclame une coordination interrégionale

Le bureau de l'association des usagers du TER rive droite devant la gare de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le bureau de l'association des usagers du TER rive droite devant la gare de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ils sont toujours là : les militants de l’association des Usagers du TER rive droite du Rhône continuent leur combat pour obtenir la réouverture de la ligne SNCF située sur la rive droite du Rhône aux voyageurs.

Une ligne fermée depuis quatre décennies, dont la réouverture a semblé se rapprocher ces derniers mois après un vote de (feue) la région Rhône-Alpes pour la partie ardéchoise et la prise de position du vice-président aux transports de la région Languedoc-Roussillon Midi Pyrénées en février dernier à Bagnols.

« On a besoin de coordination »

Un vice-président qui va bientôt revenir en terre bagnolaise pour évoquer le sujet : « il viendra le 8 juillet pour une réunion publique », affirme la présidente de l’association Laurette Bastaroli. Une venue qui s’inscrit dans la continuité des réunions liées aux états généraux du rail lancés par la région, et qui ne passaient initialement pas, comme le train de voyageurs du reste, par le Gard rhodanien. « Nous avons participé aux réunions de Nîmes et de Saint-Christol-lès-Alès, et on a fait pression », explique la présidente.

Une présidente qui souhaite maintenant que les choses avancent, et pour ce faire « on a besoin de coordination car les échéances sont engagées en Rhône-Alpes Auvergne », rappelle Laurette Bastaroli, alors que la région voisine a voté il y a un peu plus d’un an dix millions d’euros pour rouvrir le trafic voyageurs sur la partie ardéchoise d’ici 2017.

Or, la réouverture concerne trois régions : Rhône-Alpes Auvergne, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Provence-Alpes Côte d’Azur par le biais de l’étoile ferroviaire d’Avignon. Des régions qui ne se parleraient pas, ou peu, sur ce sujet, le tout dans un contexte de renouvellement politique : deux des trois régions ont basculé à droite en décembre. « On va dire à Jean-Luc Gibelin qu’on ne veut pas repartir de zéro, que les études sont financées et que maintenant c’est un calendrier qu’on veut », lance Laurette Bastaroli. Et au delà de l’avis du vice-président Gibelin, l’association souhaite que la région LRMP « affirme sa position en faveur de ce projet, le Grand Avignon le fait dans son plan de déplacements urbains, Rhône-Alpes a voté un montant de travaux, et LRMP n’affiche rien », déplore Fatiha Bouanani, membre du bureau.

« Ce n’est pas un coût, mais un investissement. »

Quant au coût avancé par la SNCF, de 100 millions d’euros, Laurette Bastaroli rappelle qu’il est « à partager entre trois régions, quatre départements, les agglos et l’Etat », comprendre qu’il n’est pas insurmontable à condition que les différents protagonistes se concertent. Le communiste villeneuvois Dominique Declosmenil, qui milite dans l’association, note pour sa part que « la gare de Manduel c’est 200 millions d’euros, nous avec 100 millions on rouvre une ligne. Les trains roulent, les voies sont aménagées, il n’y a que les quais. Ce n’est pas un coût, mais un investissement. »

Alors pour faire avancer les choses l’association en appelle à la population, invitée à venir à la réunion publique le 8 juillet, mais aussi et surtout aux politiques locaux. D’ailleurs, l’association a envoyé une dizaine de courriers au Département, aux agglos du Gard Rhodanien et du Grand Avignon ou encore à plusieurs mairies du Gard rhodanien pour qu’elles réaffirment leur position dans le cadre de la consultation régionale.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “BAGNOLS L’association des usagers du TER rive droite réclame une coordination interrégionale”

  1. 100 millions d’euros, ce n’est effectivement pas grand chose pour rouvrir une ligne SNCF d’intérêt général, quand on voit les milliards dépensés pour une LGV (le contournement Nîmes Montpellier) dont on ne sait même pas encore à quoi elle va servir (si elle sert un jour).

  2. Un bel exemple de combativité : on ne peut que saluer le fait que tous ces citoyens n’auront jamais perdu leur motivation et leur travail au service de la collectif. Un exemple que devrait suivre certains qui sont là pour servir mais pensent surtout à se servir. Ceci dit sans démagogie mais après une observation attentive d’une partie (pas toute) du monde politique.

  3. Investir pour une gare alors que tout le monde prend sa voiture!! Allez voir la gare d’Orange,et vous comprendrez vite qu’il vaut mieux investir dans des bus ou des minibus,afin de desservir au plus pres les destinations .Je remarque qu’une personne qui a besoin d’exister est de toutes les situations,je lui rappellerais qu’elle a fait allégeance au 2è tour des régionales a la présidente élue .Pour exister il faut etre quelqu’un ,et pour être écrivain il faut avoir des lecteurs sinon on est agitateur de …vent

  4. TER rive droite en panne, Delga bouge ton cumul !
    Mesdames Messieurs, votre attention s’il vous plaît !
    En raison de sérieuses et inattendues perturbations sur le Gard rhodanien, le TER rive droite du Rhône, initialement annoncé pour 2013, aura un retard indéterminé.
    Au départ de Roman sur Isère, il devait desservir les gares de Pont Saint-Esprit, Bagnols sur Cèze, Laudun-L’Ardoise, Roquemaure, Villeneuve-lès-Avignon, Aramon, Remoulins jusqu’à son terminus Nîmes ou Avignon.
    Avec un peu de chance, ce train ne sera pas complètement supprimé, la Région Rhône-Alpes a voté en 2015, une somme de 10 millions d’euros destinée aux travaux de mise en service.
    Il pourrait donc desservir uniquement les gares ardéchoises (Cruas, Le Teil …) mais pas celles du Gard.
    Ohé voyageurs gardois, par mesure de sécurité, merci de vous éloigner de la bordure des quais s’il vous plait, contentez-vous de regarder passer les trains !
    En pays gardois, ce n’est pas que le chef de gare qu’on traitera de cocu, mais tous ces malheureux voyageurs à cause, une fois de plus, d’engagements non tenus ou du vrai brassage de vent !
    Ne restons pas à quai les amis.
    Embarquement immédiat avec les Affranchis !

  5. Bonjour
    La réouverture à l’usage du public de la rive droite du Rhône est un enjeu évident.
    Compte tenu des bassins de population concernés sur les axes :
    Lyon- Bollène-Avignon,
    Lyon-Nimes,
    Avignon-Nimes (trajets domicile travail ou loisirs, zones touristiques majeures en été), la fermeture de grandes gares comme Bagnols, Villeneuve, Remoulins est une aberration sans nom, vécue avec fatalisme depuis des années.
    Enfin ça bouge coté Rhône Alpes (réouverture Lyon-Le Teil) et Vaucluse (virgule Avignon Centre et gare TGV, ouverture lignes TER depuis la gare TGV) Il faut se réveiller dans le GARD !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité