Faits Divers

NÎMES Il est relaxé, il pense que c’est grâce à Lourdes

Lourdes. Photo dillustration.
Lourdes. Photo d'illustration.

Un homme de 40 ans déjà condamné pour avoir exploité la misère humaine de ses compatriotes roumains remercie Dieu à l’issue de l’audience...

Juste après la décision du tribunal de Nîmes qui le relaxe pour « arrestation, séquestration, détention arbitraire et exploitation de la mendicité d’autrui », il fait un signe de croix et remercie chaleureusement les magistrats. A l’arrière de la salle, il chuchote à l’oreille de son avocat  « c’est grâce à Lourdes ».

L’homme qui vient d’être relaxé est soupçonné d’être le chef d’un groupe de Roumains basé à Montpellier. Il serait en conflit ouvert avec un de ses compatriotes qui serait chef à Nîmes. Selon Me Geoffrey Piton : « la guerre que se livrent les deux clans pourrait être à l’origine des soucis de mon client. Le chef nîmois a pu vouloir se débarrasser par l’intermédiaire de la justice d’un concurrent ». Une plainte est à l’origine du conflit qui le mène devant le tribunal correctionnel. Un couple venu de Roumanie reproche au prévenu de l’avoir menacé avec arme en mains. Selon l’enquête, l’homme inquiété par la justice aurait avancé les frais de voyage du couple pour qu’ils viennent en France. En contrepartie, ce couple devait mendier dans les rues de Nîmes et verser au financeur du voyage, une partie de l’argent récolté. Le présumé chef de clan roumain se trouve déjà incarcéré pour avoir exploité certains de ses compatriotes. Il les avait obligés à mendier à Lourdes. Il a été condamné à Tarbes pour ces faits. Pour le vice procureur Arnaud Massip les doutes ne sont pas permis : « à écouter le prévenu, l’erreur judiciaire est proche, c’est le bon samaritain qui n’a rien à se reprocher et qui aide la Police. Pour moi c’est un chef de clan avec des méthodes basées sur l’exploitation d’une communauté. Il a été condamné à Tarbes pour avoir exploité à Lourdes d’autres personnes », rappelle le représentant du Parquet de Nîmes qui réclame 3 ans de prison et l’interdiction du territoire pendant 5 ans. « On ne peut pas condamner quelqu’un sur des procédures précédentes », poursuit Me Geoffrey Piton qui a obtenu la relaxe de son client.

Une affaire où l’on a appris que les personnes qui fuyaient la misère en Roumanie devaient jurer sur la Bible la fidélité à leur nouveau chef d’exploitation. Ils devaient se prêter « à un rituel » hallucinant… Les nouveaux venus sont placés dans un trou, une grotte, un lieu sombre, avec des bougies allumées autour d’eux et ils jurent fidélité à « leur nouveau Dieu »… Le responsable du clan à qui ils remettent l’argent de la mendicité.

Boris De la Cruz    

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité