A la uneActualitésSociété

EURO 2016 Les matchs ne se consomment plus, ils se savourent

(Photo Anthony Maurin).
Les couples sont maintenant à égalité avec les groupes entiers de copains et la moyenne d'âge des téléspectateurs de la rue n'est pas si jeune que ça! (Photo Anthony Maurin).

On dit qu'une seconde compétition débute après les phases de poules, celle des matchs à élimination directe. Pour son entrée dans l'exercice, les supporters de l'équipe de France préféraient la maison au bistrot.

D'habitude, les grandes compétitions de football attirent les foules en centre-ville pour des moments euphoriques et mémoriaux. Depuis quelques années, le phénomène d'érosion se fait sentir et les grandes équipées sauvages ne s'aventurent guère plus en ville... Elles préfèrent la maison et son confort!

(Photo Anthony Maurin).
Quelques jeunes, quelques maillots tricolores mais pas grand monde quand même (Photo Anthony Maurin).

Les bars faisaient le plein quand la télévision n'avait pas encore atteint son omniprésence actuelle ni sa qualité récemment exploitée. Qui aujourd'hui n'a pas un bel écran à la maison? Une dalle d'ailleurs bien plus grande que celles que l'on trouve au café du coin... Pour les matchs diurnes, comme celui du jour, les vidéoprojecteurs ne tiennent pas la route non plus!

(Photo Anthony Maurin).
Les terrasses sont à leur capacité maximale (même un peu plus!) mais bien des chaises restent vides (Photo Anthony Maurin).

C'est peut-être la raison première de cet exode massif. A la maison, les amis sont aussi là, on trouve également de quoi manger et boire et les discussions ne sont jamais interrompues! De plus, la proximité de l'écran et le confort d'un fauteuil douillet ou d'une simple chaise ne sont pas à omettre. Les plus chanceux ont une belle vue, d'autres une piscine, certains la climatisation...

(Photo Anthony Maurin).
Tranquilles, quelques couples préfèrent quand même l'ambiance du centre-ville (Photo Anthony Maurin).

Entre amis et au calme, le porte-feuille est lui aussi heureux de ce changement. D'ailleurs, les enfants aussi car ils participent à la fête en apportant leur candeur et leur joie naturelle. On se débrouille pour faire quelques pizzas, tartes, quiches, fougasses ou cakes "maison", on prend un peu de charcuterie, quelques biscuits, gâteaux ou bonbons, ainsi, même les plus difficiles seront heureux de partager ces moments!

(Photo Anthony Maurin).
Le soleil et sa trentaine de degrés à l'ombre n'est parfois pas tenable, même pour les plus fanatiques des supporters! (Photo Anthony Maurin).

Mais si les matchs en ville étaient en quelque sorte l'apanage des hommes ou un moyen de sortir avec un alibi infaillible, c'est aujourd'hui celui des couples voire des seules femmes. On voit en ville de plus de plus de petits groupes de filles, souvent aux couleurs et aux maillots tricolores s'encanailler sur les terrasses des troquets. Et pour l'ambiance, faites-leur confiance!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité