Culture

ANDUZE Le festival Cratère Surfaces rue dans les brancards

 Joan Catala emporte le public. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Joan Catala dans "Pelat". Eloïse Levesque/Objectif Gard

Ce mardi, le festival Cratère Surfaces, 18e du nom, vient de lancer les hostilités avec "Pelat". Récit d'un instant hors du temps à la gare d'Anduze.

Cratère surfaces sait dénicher les lieux de charme des Cévennes pour les sublimer, leur offrir un moment de contemplation. Un atout qui fait sa réputation. Premier choix pour la 18e édition : la gare d'Anduze. D'ordinaire, c'est un lieu de passage pour les touristes. Aujourd'hui, pas question de déguerpir. Même le voisin réboussier ouvre l’œil, au moins par curiosité.

Errant dans l'espace, Joan Catala transporte sur son épaule un long mât de bois en apparence très lourd. Il joue avec son poids et sa taille imposante. Mais où veut-il en venir? Le public est dubitatif. Puis, sans en avoir l'air, l'homme dévoile ses intentions.

Progressivement, il fait entrer des spectateurs sur scène. Il les emporte dans une folie dansante, à coups de cris et de jeux d'équilibre. Avec humour, il va faire d'eux ses piliers de survie, ses accessoires d'équilibriste. Jusqu'à proposer un final risqué, construit sur une solidarité inattendue. Une leçon d'humanité généreuse. De quoi saliver pour le reste du festival.

Voir le programme complet

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité