A la uneFaits Divers

NON ÉLUCIDÉ Alès : Mystère sur la disparition et la mort de Hocine, 9 ans

Crédit Photo: Boris De la Cruz/ Objectif Gard
Crédit Photo: Boris De la Cruz/ Objectif Gard

« J’ai l’impression que tout le monde a oublié le visage de mon enfant. Il y a beaucoup d’émissions de télévision ou de reportage consacrés à des disparitions d’enfants ou des meurtres de gamin. Mais pour mon fils, même à Alès plus personne ne se souvient qu’il y a 17 ans mon petit garçon a été tué et que son assassin n’a jamais été retrouvé », dénonce les larmes aux yeux la maman du petit Hocine Batouche, disparu le 10 juillet 1999, alors qu’il se rendait au supermarché de son quartier de la Royale à Alès.

hocine 3 maman
Crédit Photo: Boris De la Cruz/ Objectif Gard

C’est sur cette distance de 800 mètres qu’il s’est volatilisé. Aucune personne en ce jour de grand départ de vacances ne l’a vu effectuer le trajet. Aucun témoin ou salarié du supermarché ne se souvient l’avoir croisé. Et manque de chance pour les policiers, les caméras de surveillance du magasin, qui auraient pu livrer des éléments essentiels pour les enquêteurs ne fonctionnaient pas. « Nous savons qu’il s’est rendu dans le supermarché, on a retrouvé une copie de sa facture, mais après on perd sa trace. Dans le magasin il a acheté du chocolat et un pot de confiture », livre un enquêteur.

Depuis août 1999, l’imposante montagne de charbon a gardé son secret.

Malgré les nombreuses investigations, le volumineux dossier n’a jamais livré le nom de l’assassin ! La mère de famille à la santé défaillante, qui vit aujourd’hui à Marseille n’a qu’un seul désir : « que l’on retrouve celui qui a tué mon fils. Depuis 17 ans à chaque sonnerie de téléphone je me dis que les policiers vont m’annoncer qu’ils ont arrêté le tueur. Mon mari est décédé de chagrin, deux ans après la mort de notre fils. Aujourd’hui encore lorsque quelqu’un frappe à ma porte j’ai l’espoir de voir Hocine même si je sais que ce n’est pas possible. Je l’imagine avec sa tête d’enfant et un corps d’homme », poursuit cette maman qui ne veut pas que le combat pour retrouver l’assassin s’arrête.

Crédit Photo: Boris De la Cruz/ Objectif Gard
Crédit Photo: Boris De la Cruz/ Objectif Gard

Un dossier jamais refermé par la police judiciaire de Montpellier qui a effectué il y a quelques mois encore des vérifications sur des emplois du temps de personnes interrogées à l’époque du crime. Il y a deux ans, de nouvelles expertises ADN ont même été demandées par la juge d’instruction d’Alès. Le tee-shirt avec lequel l’enfant a été retrouvé a été passé au peigne fin avec les nouvelles avancées techniques, mais rien n’y fait et l’analyse est revenue négative et n’a pas permis de trouver une trace amenant à un éventuel suspect. « On ne peut pas dire que les enquêteurs et la justice ne travaillent pas sur ce dossier. Mais c’est un crime irrésolu car il n’y a pas un témoignage direct ou un renseignement capital qui pourraient faire avancer les investigations », poursuit Me Nordine Tria, l’avocat de la maman. Cette dernière ne peut plus se rendre à l’endroit escarpé, au pied du crassier d’Alès, où le corps de son fils a été retrouvé à demi dénudé et en état de décomposition... L’autopsie n’a jamais pu prouver si l’enfant avait été violé.

« Je lance un appel à tous ceux et celles qui pourraient connaître la vérité ou qui ont été témoin d’un évènement étrange ce 10 juillet 1999 à Alès », complète la maman en regardant avec tendresse la dernière photo d’Hocine.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité