A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Bernard Blaquart travaille son groupe

Bernard Blaquart (Photo Anthony Maurin).
Bernard Blaquart, entraîneur du Nîmes Olympique (Photo Anthony Maurin).

L'entraîneur qui a sauvé l'équipe fanion du Nîmes Olympique la saison passée entame pour la première fois de sa carrière un championnat à la tête de la formation professionnelle d'un club. Bernard Blaquart évoque ses sensations et les capacités de sa formation.

 

Beaucoup de changements ont eu lieu au sein club et de l'équipe... Les objectifs restent-ils inchangés?

On a une grosse attente! L'année dernière, nous n'avions rien à perdre, c'était facile! Mais aujourd'hui, il nous faut redémarrer autre chose. Les objectifs du président sont clairs, il faut assurer la pérennité du club et terminer dans la 1ère moitié de tableau. On peut aussi avoir des secrets espoirs si le public suit et nous montre une fois de plus son engouement! Il y a encore pas mal d'incertitudes entre l'arrivée des nouveaux et les capacités de l'attaque.

 

Sur le terrain, vous semblez hésiter encore entre deux compositions même si le 4-3-3 prend peu à peu les devants...

En effet. Le 4-3-3 est plus compact au milieu et est plus difficile à manœuvrer. Le 4-4-2 offre quant à lui plus d'opportunités pour l'attaque mais il faut impérativement de la complicité entre les attaquants. On essaie des choses, on ne sait pas encore ce que l'on va faire mais une composition se substituera à l'autre. Nous n'avons plus Mounié qui prenait tous les ballons de la tête alors nous jouerons certainement plus au sol. Le football doit être spectaculaire, il faut marquer un but de plus que l'adversaire et, même si le public aime la victoire, elle est toujours plus belle quand l'équipe est portée vers l'avant.

 

L'attaque a été la force du club l'année dernière. Les nombreux départs cassent-ils cette dynamique?

On ne remplace pas des joueurs aussi importants aussi facilement! Maoulida, Mounié, Koura ou Cissokho ne sont plus là donc il faudra faire autrement... Il faudra peut-être un peu de temps mais la compétition devrait libérer ou transcender le groupe, alors, nous en saurons plus à la fin du mois d'août.

 

Le recrutement est-il complet?

Il nous manque un joueur pro pour arriver à nos objectifs. J'avais demandé 20 joueurs professionnels et 3 jeunes... Et nous sommes à 19 et 3.

 

Karim Aït-Fana est actuellement à l'essai, vous comptez sur lui?

Aït-Fana, on le connaît depuis quelques temps, il a été champion de France avec Montpellier en ayant joué des matchs. Il a des problèmes physiques depuis 2 ans, manque un peu de jeu mais nous nous laissons jusqu'à la semaine prochaine pour voir! C'est un bon attaquant, il peut aussi jouer au milieu et sur les côtés mais si cela se fait, c'est un grand pari...

 

On a vu Anthony Briançon reprendre l'entraînement avec le groupe et jouer pendant les oppositions. Sera-t-il de la partie ce vendredi contre Laval?

Anthony sent encore son genou, il le sentira certainement toute sa vie mais on verra bien! Il doit maintenant apprendre à se gérer, il n'était pas prévu pour attaquer la saison mais à l'entraînement les choses se passent plutôt bien, on ne sait jamais, il est défenseur central et fait peu de déplacements...

 

Quels sont pour vous les favoris à la montée en Ligue 1?

Aujourd'hui, Le Havre, Brest, Reims et Strasbourg mais les compositions des équipes vont évoluer jusqu'à la fin des transferts. De toute façon, après le 5ème match on y verra plus clair! Par contre, les 2 tours de "Coupe" ne tombent vraiment pas bien, normalement, ça va nous faire jouer 7 matchs en 28 jours... J'ai des incertitudes et aucune conclusion mais le championnat sera le révélateur des équipes. Nous concernant, j'ai confiance en l'effectif.

 

Nîmes reçoit ce vendredi Laval aux Costières pour démarrer ce championnat de Ligue 2. Est-ce une bonne chose? Comment décririez-vous la formation tango?

On a fait la demande pour recevoir lors de la 1ère journée. C'est bizarre mais ça a été accepté sans aucun problème car presque toutes les équipes préfèrent jouer le 1er match à l'extérieur pour finir la saison à la maison. Nous préférons conserver la dynamique de l'année dernière et l'engouement qu'a été celui du public. L'équipe de Laval ne connaît pas trop de changements, c'est une vraie formation de Ligue 2 qui s'accroche et qui évolue en 4-1-4-1 bien regroupé, compact et difficile à manœuvrer.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité