ActualitésCulture

SAINT GILLES Première restauration à l’Abbatiale

Le tableau de Saint Marc a été décroché pour être restauré à Vic le Fesq. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le tableau de Saint Marc a été décroché pour être restauré à Vic le Fesq. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Datant de la fin du 18 ème siècle, le tableau de Saint Marc visible dans l'abbatiale de Saint Gilles a été décroché hier matin pour être restauré. Le premier d'une longue série.

L'abbatiale de Saint Gilles, qui célèbre ses 900 ans, est un trésor de l'histoire qui en cache bien d'autres. Car au delà de sa façade classée aux monuments historiques depuis 1840, l'intérieur regorge de mobiliers et de peintures conservés dans leur jus mais qui ne demandent qu'à être dévoilés sous leurs meilleurs hospices. Comme point de départ, c'est le tableau de Saint Marc qui a été choisi pour être le premier a bénéficier des soins de la restauratrice Catherine Sotto. "Il faut chercher à être le moins intrusif possible" précise t-elle au sujet du travail colossal qui l'attend. L'humidité, la chaleur, les flammes des bougies placées trop près ou les maladresses des anciennes restaurations ont considérablement abîmé l’œuvre et le cadre. Mesurant 2,90 m sur 2,10 m, la toile ne comporte aucune signature visible en l'état, mais son auteur pourrait être révélé après la restauration.

Selon l'observation d'experts, il pourrait s'agir d'une réalisation de François Palasse, peintre avignonnais mort en 1791. "Le dos de la toile peut aussi nous délivrer quelques secrets" ajoute la restauratrice. Le tableau de Saint Marc fait partie d'un ensemble de 26 œuvres stockées à l'abbatiale, et est classé - au même titre que 14 autres - aux monuments historiques. Pour un coût total de 12 500 euros, financé par la DRAC à 50 % et le Rotary club de Saint Gilles à 20 % par le biais d'une campagne de mécénat, le tableau sera de retour d'ici la fin de l'année. Pendant ce laps de temps, c'est à Vic-le-Fesq que ses couleur seront ravivées et son cadre consolidé.

Cette première restauration fera également l'objet d'un documentaire à vocation pédagogique afin de faire découvrir au grand public le patrimoine de l'abbatiale dont les travaux les plus importants débuteront après les fêtes de Noël.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité