A la uneActualités

ARTISANS DE TALENT Olivier Pozzo, un maître luthier se cache dans les hauteurs de Nîmes

Olivier Pozzo conçoit des guitares classiques dans son atelier chemin de Russan. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Olivier Pozzo conçoit des guitares classiques dans son atelier chemin de Russan. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Passionné de musique, Olivier Pozzo est maître luthier depuis 1997. Il conçoit ses instruments, des guitares classiques, dans son atelier personnel retiré du centre ville.

"Ici, je peux travailler sereinement" lance Olivier Pozzo à propos de son atelier installé au rez de chaussée de sa maison, dans les hauteurs de Nîmes. Alors qu'il occupait la rue Emile Jamais en centre ville, ce maître luthier a préféré prendre du recul pour se consacrer exclusivement à la fabrication des guitares classique de concert. "Le mouvement perpétuel de l’atelier du centre ville ne me permettait plus d’honorer mes commandes".

Depuis 1993, après un bref passage dans l'industrie à Paris, "je sentais qu'il y avait une erreur de casting", le jeune trentenaire se redirige vers l’ébénisterie. Formé par des Compagnons du devoir, il effectue un tour de France des luthiers en guitare. "J'ai appris par l'exemple auprès de très grands luthiers Français, bien sûr j’étais aussi guitariste amateur" précise t-il. Après cinq ans passés à Lodève où il lance son activité de luthier et travaille parallèlement avec un facteur d'orgue, il quitte finalement l'Hérault pour Nîmes. "C'était plus stratégique, il y a ici une culture portée sur la guitare espagnole".

Rue Emile Jamais, il développe une clientèle régionale et collabore de manière informelle avec le conservatoire de Nîmes. Élèves et professeurs deviennent ses clients. "C'est un échange, j'ai besoin de leur retour. Un luthier fait que du haut de gamme. On ne cherche pas comme le font les industriels à être le plus économique, mais à fabriquer le Saint Graal." Un objet pas toujours accessible pour toutes les bourses, puisqu'il faut débourser entre 5 000 et 8 000 euros pour s'offrir l'une de ses créations. "Il faut reconnaitre que seul les musiciens confirmés et exigeants peuvent ressentir la différence entre la guitare que l'on trouve dans le commerce, et celle d'un luthier. C'est un travail très personnel, intime. Le son correspond à notre personnalité et trouve son écho chez le musicien."

Ses créations sont des guitares uniques en cèdre du Canada, épicea des Alpes, acajou ou encore cocobolo d'Amerique du Sud, selon les caractéristiques recherchées, et garanties à vie.

Baptiste Manzinali

Pour plus d'informations : www.olivierpozzo.com

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité