ActualitésSociété

TOROS El Rafi triomphe et remporte le 23ème Trophée Nimeño II de Bellegarde

En compagnie des élus et des organisateurs, El Rafi, à droite, remporte le trophée (Photo Anthony Maurin).
En compagnie des élus et des organisateurs, El Rafi, à droite, remporte le trophée (Photo Anthony Maurin).

Le 23ème Trophée Nimeño II organisé dans les arènes de Bellegarde restera dans les mains d'un Français. Après Adrien Salenc, c'est El Rafi qui remporte la mise devant un beau et bon lot de la ganaderia Sainte-Cécile.

Malheureusement, le public ne sera pas nombreux pour assister à une novillada sans picador malgré tout intéressante. Le lot de becerros de la ganaderia Sainte-Cécile, de belle présentation, aux qualités nobles et sans vice, aura permis aux trois jeunes apprentis novilleros de s'exprimer pleinement en donnant du jeu sans fil à retordre.

Juan Luis Moreno genoux à terre (Photo Anthony Maurin).
Juan Luis Moreno genoux à terre (Photo Anthony Maurin).

Premier en piste, l'Espagnol Juan Luis Moreno. Pour attirer l'attention et montrer sa fougue, il accueillera son opposant les genoux plantés dans le sable. Après un tercio de banderilles mouvementé et durant lequel le jeune sera obligé de regagner le terrier "burladero" comme un lapin touché, le duel ne décollera pas.

Juan Luis Moreno naura pas eu le temps de démontrer son savoir-faire (Photo Anthony Maurin).
Juan Luis Moreno n'aura pas eu le temps de démontrer son savoir-faire (Photo Anthony Maurin).

La clavicule gauche atteinte, il revient en piste sans zapatillas ni chaquetilla. Quelques passes dont une série de bon aloi et Juan Luis Moreno se fait la malle. Un passage à l'infirmerie et un non retour aux affaires... Rodrigo Molino, prend l'épée et tente de tuer l'animal sans adversaire.

Avant de jeter léponge, Juan Luis Moreno à droite (Photo Anthony Maurin).
Avant de jeter l'éponge, Juan Luis Moreno à droite (Photo Anthony Maurin).

Novillada classique transformée en mano a mano. Après un changement des lots et de sorties, El Rafi débutait un nouveau défi. Un peu vert, le Nîmois met du temps à comprendre son opposant mais terminera très bien sur la main gauche en laissant son toro développer sa charge.

Le Nîmois El Rafi aux banderilles (Photo Anthony Maurin).
Le Nîmois El Rafi aux banderilles (Photo Anthony Maurin).

Sans épée pour alterner les passes des deux mains et conserver une petite surface de muleta devant les yeux du becerro, le toreo proposé plait aux tendidos.

Début de faena dEl Rafi (Photo Anthony Maurin).
Début de faena d'El Rafi (Photo Anthony Maurin).

La douceur dont à su faire preuve El Rafi lui permettra de couper une oreille.

Verticalité et relâchement pour le futur vainqueur (Photo Anthony Maurin).
Verticalité et relâchement pour le futur vainqueur (Photo Anthony Maurin).

Rodrigo Molino attaque son "premier "second bien décidé à imiter son prédécesseur mais, sans panache, il ne sera pas à la hauteur des espérances de l'assemblée qui attendait peut-être plus d'engagement et d'engouement de sa part. L'Espagnol montrera toutefois de belles choses et saluera à l'issue de son combat. Le toro sera applaudi.

Naturelle de pouvoir de Rodrigo Molino (Photo Anthony Maurin).
Naturelle de pouvoir de Rodrigo Molino (Photo Anthony Maurin).

El Rafi revient au centre de la piste pour couper sa seconde oreille de la tarde. Là aussi le Nîmois saura faire preuve d'intelligence en délivrant quelques beaux détails.

Envolée de lanimal, pieds rivés au sol pour lhomme (Photo Anthony Maurin).
Envolée de l'animal, pieds rivés au sol pour l'homme (Photo Anthony Maurin).

Sur l'ultime adversaire de Rodrigo Molino, El Rafi montera au quite et réalisera une performance emplie de suavité et de douceur. La variété et l'élégance suggérées laissent entrevoir un futur capeador complet et fleuri.

Très beau quite varié dEl Rafi (Photo Anthony Maurin).
Très beau quite varié d'El Rafi (Photo Anthony Maurin).

Rodrigo Molino affrontera probablement le meilleur becerro du lot qu'il mettra du temps à occire, ce qui lui ôtera l'octroi d'un appendice. L'Espagnol réalisera une vuelta après avoir entendu un avis.

Pour finir, El Rafi entendra deux avis mais fera une belle vuelta. Logiquement, c'est lui qui remporte le prix. S'il souhaite se faire une petite place au soleil et continuer dans le métier, El Rafi doit poursuivre sur cette voie. Le jeune en est capable, son aficion est présente, son toreo se ressent et la technique s'apprend alors l'avenir est devant lui!

A gauche, El Rafi sest montrée à son aise (Photo Anthony Maurin).
A gauche, El Rafi s'est montrée à son aise (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité