A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Une rentrée 2016 entre craintes et chimères

Christian Patoz et Christophe Marquier présentaient le premier bilan de la rentrée scolaire 2016 (Photo Anthony Maurin).
Christian Patoz et Christophe Marquier présentaient le premier bilan de la rentrée scolaire 2016 (Photo Anthony Maurin).

C'est une rentrée placée sous le signe de la sécurité que le Gard vient d'achever. La réforme du collège, point d'orgue de la refondation de l'école, doit cependant offrir de nouvelles perspectives aux élèves du département.

Pour le premier degré, le Gard compte 542 écoles publiques et 45 privées pour un total de 2776 classes et près de 73600 enfants. Pour le seconde degré, avec 54 collèges, 12 lycées et 7 lycées professionnels, on dénombre environ 65000 élèves. Si pour le premier degré la hausse d'effectif version 2016 n'est pas flagrante avec 103 élèves supplémentaires au compteur, le second degré ajoute quant à lui 666 (sans aucune superstition!) livrets scolaires au chiffre 2015.

"Un travail de dentelle"

"C'est un travail de dentelle fait au cas par cas avec une rentrée préparée en 3 phases, février, juin et septembre. Quand nous avons un doute, nous nous déplaçons et comptons les élèves! Cependant, nous allons bientôt commencer le travail portant sur la rentrée 2017, année électorale et donc moins propice au calendrier précoce mais standard utilisé pour cette rentrée 2016" avoue Christian Patoz, Inspecteur d'Académie et Directeur Académique des Services de l'Education Nationale du Gard.

Concernant le premier degré, le Gard vient d'être doté de 43 nouveaux postes. 36 classes devaient ouvrir mais 42 le seront finalement (12 en maternelle, 19 en élémentaire et 11 en primaire). Par contre, 48 classes ferment (18 en maternelle, 4 regroupements pédagogiques intercommunaux et 13 en élémentaire ainsi qu'en primaire) "à cause du déplacement des populations et de leur départ de certains secteurs" note Christian Patoz qui relèvera aussi le nouveau découpage des circonscriptions gardoises pour un "meilleur réseau écoles-collèges".

Le cycle 3, le socle commun... Les nouveauté 2016

Autres efforts particuliers axés sur les écoles maternelles, l'accroissement sensible du dispositif "Plus de maîtres que d'écoles" et la bonne marche de l'"Accueil des -3 ans". Le "sujet réchauffé" de l'organisation du temps scolaire connaît "peu d'évolution, nous sommes plus dans la dérogation et moins dans l'expérimentation" brosse le DASEN.

"Mais la grande nouveauté de la rentrée est la création du cycle 3 qui intervient à l'articulation du premier et du second degré entre les classes de CM1 et 6ème. C'est un acte fondateur, fort et l'aboutissement d'un travail de refondation de l'école" évoque Crhistian Patoz.

Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture débarque pour les élèves âgés de 6 à 16 ans et devrait leur assurer les bases d'une vie sereine. Les langages pour penser et communiquer, les méthodes et outils pour apprendre, la formation de la personne et du citoyen, les systèmes naturels et les systèmes techniques ainsi que les représentations du monde et l'activité humaine seront les thèmes garants de cet idéal.

LV2 dès la 5ème avec 2h30 par semaine

Au collège, grande nouveauté avec l'apprentissage de la deuxième langue vivante dès la 5ème et avec 2h30 de cours hebdomadaires. "C'est un saut qualitatif important pour tous les enfants de France tout comme l'accompagnement personnalisé et les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires qui apprendront les élèves à apprendre!" sourit Christian Patoz.

Le Gard comptera 30 Unités Localisées pour l'Inclusion Scolaire (ULIS), 2 de mieux que l'année dernière, afin d'accueillir toujours mieux les 2980 élèves en situation de handicap. L'évolution de l'éducation prioritaire stagne mais les 12 réseaux scolarisent tout de même près de 18000 élèves soit près de 19% des élèves gardois!

Sécurité et formations

"Je serai en formation à Paris dans une dizaine de jours" conclut Christian Patoz en évoquant le sujet de la sécurité dans les établissements scolaires gardois. Se former à des attaques, aux premiers secours, aux appels d'urgence à lancer, à l'organisation d'un tel chaos... Tant de choses qui ne font pas partie des corps de métiers de l'Education Nationale et qu'il faut pourtant avoir en tête aujourd'hui. "Il faut une prise de conscience générale car il est hors de question de mettre la vie de nos élèves en danger".

"C'est utile, dans ce genre de situation, on est dans un tunnel et on a du mal à comprendre ou à réagir. Il faut se savoir entouré et garder son calme" ajoute Christophe Marquier, qui a suivi une de ces formations réalistes. Tous les numéros de téléphone des personnels gardois sont aujourd'hui répertoriés et des alertes pourront être lancées de manière rapide et localisée pour une réactivité améliorée. De plus, une cellule de crise vient d'être créée à l'Inspection d'Académie et dans un futur proche, 100% des élèves du Gard seront formés aux premiers secours.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité