A la uneActualitésSociété

NÎMES EN FERIA Simon Casas met à nu son autre moi

Simon Casas et sa verve endiablée présentait à Carré dArt le brindis quil adresse à la ville de Nîmes (Photo Anthony Maurin).
Simon Casas et sa verve endiablée présentaient à Carré d'Art le brindis que le directeur des arènes de Nîmes adresse à sa ville (Photo Anthony Maurin).

C'est une excellente tradition, l'association des Avocats du Diable organise en collaboration avec la Mairie de Nîmes le brindis, sorte de discours énoncé par une personnalité en faveur de la ville.

Quel sera le prochain coup? Quand le brindis a été créé par les Avocats du Diable, la présence, un jour ou l'autre, de Simon Casas s'imposait. C'est désormais chose faite, le directeur des arènes de Nîmes a évoqué ses rapports avec sa ville. Des liens d'amour indéfectibles mais parfois douloureux.

Dans la relative intimité du hall de Carré d'Art face au forum, espace de paroles publiques, que borde la Maison Carrée, le propos du plus Espagnol des Nîmois était attendu. 4 ans jour pour jour, heure pour heure et minute pour minute après la grâce accordée au 4ème toro que combattait Jose Tomas lors de son solo nîmois, Simon Casas devait mettre à mort une partie de lui.

Face au parvis de convives, Simon Casas ouvre son coeur et laisse couler le sang qui le lie à jamais à Nîmes (Photo Anthony Maurin) .
Face aux convives, Simon Casas ouvre son coeur et laisse couler le sang qui le lie à Nîmes (Photo Anthony Maurin) .

Mais plus qu'une mise en abyme, il aura mis en perspective ses sentiments, sa vie et ses maux en utilisant les mots qu'il a longtemps désiré.  Il parlera de son enfance, de ces problèmes en Français qui sont devenus une force, des ces déboires d'espérances qui demeurent à l'ordre du jour malgré sa carrière flamboyante mais emplie de longévité, de son goût particulier et avoué du travail et des belles choses...

Le public restreint verra sans doute dans ses propos l'écho du pas qui fait avancer la jambe du torero qui se dévoile aux cornes meurtrières. Le mysticisme des abords de la chapelle et la noirceur qui y règne. L'aubade faite par le maestro à celle du premier rang qui lui jette une rose. Une inversion des rôles qui met à nu celui qui s'est bâti au long de sa vie une carapace verbale et morale.

Un moment intense qui fait un peu plus entrer dans lhistoire de la ville celui qui est depuis plus de 30 ans directeur des plus grandes arènes de France et maintenant dEspagne (Photo Anthony Maurin).
Un moment intense qui fait un peu plus entrer dans l'histoire de la ville celui qui est depuis plus de 30 ans directeur des plus grandes arènes de France (Photo Anthony Maurin).

Bernard Domb, coincé dans l'ombre de Simon Casas, est sorti de son terrier pour faire face à ses démons. Mais le diable n'est jamais bien méchant... De la compassion et des sourires sur les lèvres des spectateurs. La faena littéraire dessinée par le matador de toros qui n'avait plus d'encre une fois son doctorat reçu, restera non pas gravée sur le sable des arènes mais dans l'atmosphère du Musée d'Art Contemporain.

Si Simon Casas avoue passer plus de temps à Madrid qu'à Nîmes, il espère finir ces jours ici parmi les gens qui l'aiment ou qui le conspuent. Son dernier pari? Peut-être les arènes de Las Ventas. Encore. Un rêve jusqu'ici inassouvi, un peu comme la relation déstructurée qu'il entretient avec Nîmes. Mais les rêves sont faits pour prendre pour nous pousser vers le réel. Il achèvera son discours diffusé en direct sur TV Sud (ce qui impose certainement une rediffusion!) par une interprétation toute personnelle de "Ne me quitte pas" de Jacques Brel.

Simon Casas (Photo Anthony Maurin) .
Simon Casas (Photo Anthony Maurin) .

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité