ActualitésSociété

TOROS A Bouillargues, la novillada sans picador tient ses promesses

Dexcellents becerros et un bel esprit novilleril pour la novillada de Bouillargues (Photo Anthony Maurin).
D'excellents becerros et un bel esprit novilleril pour la novillada de Bouillargues (Photo Anthony Maurin).

Carlos Olsina (salut et vuelta), Baptiste Cissé (salut et oreille) et El Rafi (oreille et silence) affrontaient les becerros des ganaderias Héritiers de François André, Tardieu, Blohorn, Giraud, Pagès-Mailhan et Barcelo.

Le public a répondu présent avec force et ferveur à l'appel de l'association La Embestida qui organisait la traditionnelle novillada sans picador de fin de saison. La belle journée taurine placée sous le signe de la femme a tenu ses promesses et aura très probablement permis aux 800 spectateurs des arènes de passer un agréable moment.

3 jeunes français face à 6 beaux bébés de ganaderias locales, des arènes quasi pleines et une tarde digne d'un été indien à la nîmoise.

Carlos Olsina sur son premier, salut (Photo Anthony Maurin).
le Biterrois Carlos Olsina sur son premier, salut (Photo Anthony Maurin).

Carlos Olsina ou Charles Pasquier pour les intimes, se montrera fébrile aux aciers mais aura le temps de faire voir quelques beaux détails lors de son premier duel. Le Biterrois manquera la cible mais les gradins se montreront cléments et se souviendront des quelques séries plaisantes à voir. Salut.

Venu du Sud-Ouest, Baptiste Cissé saluera à lissue de son premier duel (Photo Anthony Maurin).
Venu du Sud-Ouest, Baptiste Cissé saluera à l'issue de son premier duel (Photo Anthony Maurin).

Là aussi, l'épée ne permettra pas au piéton de se voir récompensé à sa juste valeur. Face à un bon becerro de Tardieu, Baptiste Cissé tirera quelques passes de bon aloi après avoir banderillé avec fougue. Au capote, il a été plus que bien et a démontré une certaine douceur et pour entamer sa faena, il fera passer son adversaire dans le dos. Le protégé de Richard Milian tente des choses mais tout ne réussit pas... En tout cas, l'envie débordante est bien présente chez le jeune. Salut.

Le Nîmois El Rafi fera tomber le premier mouchoir de la Présidence (Photo Anthony Maurin).
Le Nîmois El Rafi fera tomber le premier mouchoir de la Présidence (Photo Anthony Maurin).

El Rafi, le régionale de l'étape, est aussi en pleine progression. Le geste s'affirme, le caractère aussi. Du coup, la tauromachie proposée s'ancre plus encore dans un concept qui plaît aux étagères. Dans des terrains rétrécis, genoux à terre en début de faena, le Nîmois se pose calmement et fait sensation. Oreille.

Carlos Olsina à droite (Photo Anthony Maurin).
Carlos Olsina à droite (Photo Anthony Maurin).

Comme sur son premier, Carlos Olsina parviendra à déverrouiller quelques coffres mais ne braquera pas la banque. Le chef de lidia manquera peut-être de transmission mais, même si son opposant de Giraud était plaisant et doté d'une dose de noblesse décomplexée, se mettre à sa hauteur était une chose peu aisée. Vuelta.

Baptiste Cissé coupera une oreille de poids face au 5ème, un becerro de Pagès-Mailhan (Photo Anthony Maurin).
Baptiste Cissé coupera une oreille de poids face au 5ème, un bon becerro de Pagès-Mailhan (Photo Anthony Maurin).

Les plus beaux gestes de la tarde émaneront de l'union de Baptiste Cissé et de son becerro de Pagès-Mailhan. L'apprenti torero se joue de la charge animale et fait danser son étoffe rouge au fil des passes. Le piéton prendra rapidement les dessus mais respectera son opposant et le fera briller en le toréant avec douceur et quiétude. Oreille.

Les genoux à terre, El Rafi reçoit son becerro de Barcelo (Photo Anthony Maurin).
Les genoux à terre, El Rafi reçoit son becerro de Barcelo (Photo Anthony Maurin).

Enfin, El Rafi attaquait fort avec une belle entrée en matière. Les genoux plantés dans le sable, le Nîmois écoutaient frémir des spectateurs amateurs de ce genre de prise de risque. Comme un bien joli clin d'oeil, il partagera les bâtonnets avec Tomas Ubeda pour un tiers de banderilles du plus bel effet. Quelques belles séries mais une faena qui ira a menos. Silence.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité