A la unePolitique

NÎMES Les soutiens Gardois d’Alain Juppé mobilisés et confiants

Les soutiens et sympathisants d'Alain Juppé. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les soutiens et sympathisants d'Alain Juppé. Photo Tony Duret / Objectif Gard

A la primaire des Républicains, tout le monde peut voter… et surtout pour Juppé ! C’est ce qu’il fallait retenir d’une réunion de sympathisants Gardois d’Alain Juppé qui s’est tenue ce matin.

Une fois de plus Laurent Burgoa et Thierry Procida se retrouvent dans un même combat. Le premier, porte-parole de la campagne d’Alain Juppé dans le Gard, et le second, chef de file de l’UDI, ont fait savoir tout le bien qu’ils pensent du maire de Bordeaux, candidat aux primaires de la droite et du centre. Pour Burgoa, c’est un « homme qui rassemble et qui rassure » et un « chef d’Etat qui sera au-dessus de la mêlée ». Le porte-parole n’a pas voulu polémiquer sur les autres candidats à l’image de son mentor : « on est tous de la même famille », rappelle-t-il, soulignant d’ailleurs les « belles prestations » de François Fillon lors des deux premiers débats télévisés. Fair-play.

Un vote sans « trace »

Devant une cinquantaine de personnes réunies à la permanence Les Républicains, Thierry Procida s’est inquiété que certains élus ne savaient pas eux-mêmes où ils devaient voter. « Il est important de dire où se trouvent les bureaux de vote et de rappeler que tout le monde peut voter », précise-t-il. Il se lance même dans une explication détaillée afin de rassurer les électeurs qui n’assumeraient pas de se déplacer les 20 et 27 novembre prochains : « Je dis à ceux qui ont peur de se déplacer que les cahiers d’émargement seront fermés dès le soir du premier tour et qu’ils ne réapparaitront qu’au deuxième tour. Ils seront ensuite détruits. Il n’y aura pas de trace… »

Le seul qui peut « faire barrage à Marine Le Pen »

Le binôme Procida-Burgoa a ensuite énuméré les grandes lignes du programme de Juppé : le retour au plein-emploi d’ici 2022, une économie de 85 milliards d’euros, le maintien des dotations aux collectivités locales qui réaliseront des économies, la baisse des charges dans les entreprises, un taux d’imposition des sociétés à 30% d’ici 2022, l’alignement des retraites entre public et privé, des efforts sur le handicap ou une augmentation de 10% de la rémunération des enseignants en primaire… Et de conclure : « Le seul qui peut faire barrage à Marine Le Pen, c’est Alain Juppé ».

Pour trouver votre bureau de vote, cliquez sur ce lien

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “NÎMES Les soutiens Gardois d’Alain Juppé mobilisés et confiants”

  1. Juppe a compris qu’en Burgoa ne valait rien et s’est entouré de Procida. Il a bien eu raison car en dehors d’espérer être investi aux législatives ou bien de devenir Secretaire des tas… de bouse Burgoa n’a rien fait !

  2. J’en vois quelques uns qui, parmi les vieux opportunistes gardois, ne sont ni des lumières , ni des cadeaux pour Juppé. J’espère qu’il saura faire le tri sinon il est très mal barré vu le niveau de avec ces « intellos » .

  3. Il ne s’agit ici que de fidélité aux idées que l’on défend ! Monsieur Burgoa est beaucoup plus fin qu’il n’y paraît. Il assure depuis le début, sans opportunisme. Bel exemple.
    Ce pauvre Lachaud et le professeur Plantier feraient bien de s’en inspirer !
    Pour les bateleurs du Front National, c’est peine perdue, ils n’auront jamais de parti de gouvernement, ils sont donc condamnés aux gesticulations et à l’inaction, sauf à gérer cahin-caha quelques mairies sinistrées par d’autres bateleurs. On attend toujours de leur part un programme crédible.
    Tel n’est pas le cas de Laurent Burgoa qui peut être député du Gard dans quelques mois. Il en vaudra d’autres qui n’ont pas fait grand chose : MM. Collard et Cavard, Mme Françoise Dumas, notamment.

    1. Avec un commentaire de ce type c’est au moins une place d’attaché parlementaire.
      Tout ce personnel politicien, toute tendance confondue, devrait dégager pour laisser place à un turn over citoyen. La démocratie de couloirs avec des arrangements entre amis pour accaparer les places et les garder ad vitam æternam c’est mauvais. Faut en finir avec le cumul en nombre et dans le temps des mandats sauf pour les petites communes. Ras le bol des castes, des clans, des réseaux et des magouilleurs. Et sur Nîmes et Alès en particulier, il n’en manque pas de durable.

  4. L’application stricte du non cumul des mandats et la limitation de leur nombre et de leur durée sont désormais indispensables : il y va du renouveau démocratique auquel notre pays aspire. Un seul mandat à la fois, renouvelable une seule fois, sauf aménagements pour les zones rurales qui manquent de vocations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité