A la uneActualitésHandballSports GardUSAM

USAM La Green Team laisse filer la victoire contre Paris Saint-Germain

Photo : Fabrice Foures
Photo : Fabrice Foures

À l'issu d'un match survolté, les Parisiens l'ont emporté après avoir été menés 19 à 12 à la pause. Les Nîmois peuvent nourrir quelques regrets.

Les Nîmois étaient mis dans le bain d’entrée de jeu, menés 3 à 0 en quelques minutes. Mais Olivier Marroux était le premier Usamiste à se libérer, suivi de Snorri Gudjonsson. Les Parisiens, eux, s’illustraient avec des frappes lointaines. Rémi Desbonnet, le portier nîmois, commençait alors une longue série d’arrêt. Lentement mais sûrement, l’Usam allait prendre le match à son compte, grâce à l’efficacité de Snorri Gudjonsson sur les pénalités, et les contres rapides comme celui transformé par Julien Rebichon, qui permet l’égalisation, 6 à 6. Le tournant du match arrivait alors à la 13 ème minute, le gardien Thierry Omeyer récoltait un carton rouge après une sortie musclée sur Rebichon. Les Nîmois avaient alors toutes les cartes de leur côté et tenaient leur exploit. D’abord en menant 11 à 8, en multipliant les arrêts de Desbonnet jusqu’à exaspérer l’attaque parisienne et notamment Mikkel Hansen. Les Nîmois terminaient la première période en enfonçant le clou, portant le score à 19 à 12.

Mais l'expérience et la patience des Parisiens pour tenir le rythme et remonter au score allaient avoir raison de la Green Team. Les Nîmois se montraient pourtant décidés à l’entame de la seconde période, et le destin semblait jouer en leur faveur après trois arrêts consécutifs de Rémi Desbonnet, acclamé par un Parnasse survolté. À la 32 ème minute, le score était de 21 à 13. Les Parisiens étaient contraints aux passages en force et à chercher la faute. C’est Gallejo qui en faisait les frais une nouvelle fois, à la 38 ème minute. Desbonnet, encore et toujours, détournait le tir de Mikkel Hansen. Nicolas Karabatic réduisait l’écart pour les Parisiens, suivi par Luc Abalo, mais les Parisiens étaient toujours menés 24 – 18. Les nombreuses expulsions nîmoises, notamment celles de Dupuy qui prenait deux expulsions coup sur coup, puis celles de Rémi Salou - celui-ci finissait par récolter un carton rouge, ont rendu la tâche trop difficile pour maintenir le score.

À dix minutes de la fin, les Parisiens égalisaient (27 à 27), et prenaient l'avantage trois minutes plus tard. Les Nîmois finissaient par sombrer dans les dernières minutes, en cumulant des erreurs grossières dans les contres attaques, et s'inclinaient 33 à 36.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close