ALÈS L’Etoile de Bessèges 2017 roule à l’économie

Présentation de la 47e édition avec Raymond Poulidor et Eric Caritoux, anciens champions de France de cyclisme. EL/OG

Présentation de la 47e édition avec Raymond Poulidor et Eric Caritoux, anciens champions de France de cyclisme. EL/OG

Ce vendredi, l'Etoile de Bessèges a présenté son édition 2017 avec une ligne de conduite : la maîtrise des budgets, devant l'incertitude du devenir des subventions publiques.

Rendez-vous incontournable, l'Etoile de Bessèges se déroulera du 1er au 5 février 2017 dans le Gard. Pas de grand changement pour cette édition 2017. Dix-sept équipes et cinq étapes sur l'ensemble du département : Bellegarde-Beaucaire, Nîmes-Rodilhan, Bessèges, Chusclan-Laudun et le contre la montre alésien, pour un total de 627 km.

Toutefois, pour la première fois, Nîmes métropole prendra en charge l'étape 2 dans son intégralité "pour des raisons de budget". C'est pourquoi la ligne d'arrivée se trouvera sur son territoire intercommunal, et non pas à Méjannes-le-Clap comme c'était le cas l'an dernier. "Rodilhan n'est pas très adapté à une course cycliste. On enlèvera un ralentisseur et un autre sera rebouché", annonce Roland Fangille, organisateur et fondateur de l'événement.

L'enjeu pour l'association est en effet aujourd'hui de trouver des communes étapes qui ont les moyens de payer. Raison pour laquelle Laudun et Beaucaire font toujours partie du dispositif. En revanche, si Bessèges reste une étape immuable, elle peine à combler les frais. "On continuera à vous aider, même si c'est difficile. Nous bénéficions de retombées économiques immédiates le temps d'une journée", assure le maire Bernard Portalès.

Comme de nombreuses structures sportives, culturelles, ou sociales, l'Etoile de Bessèges est dans l’expectative du vote des budgets des collectivités. "Jusqu'à présent, on a toujours réussi à atteindre l'équilibre, mais on ne connait pas la suite", rappelle Roland Fangille. Et de prévenir : "Depuis 6 ans, on tient à rester dans le Gard, mais on a eu des propositions de villes plus riches, comme Sète ou La Grande Motte".

Partager