ActualitésSociété

TOROS Robert Pilès suit Simon Casas à Madrid

Robert Pilès (Photo Anthony Maurin).
Robert Pilès ici à Saint-Laurent d'Aigouze pour l'hommage au maestro Rodolfo Rodriguez El Pana (Photo Anthony Maurin).

Robert Pilès est enfin récompensé du travail qu'il fournit depuis des décennies. Reconnu par les plus grandes arènes et les plus importants maestros, le gourou français débarque au côté de Simon Casas à Madrid pour y jouer un rôle fondamental.

Les 2 se connaissent par coeur et depuis leur enfance. Simon Casas ayant gagné les clés de la belle madrilène, il faut à présent s'en servir convenablement. S'entourant de proches, de personnes de confiance aux compétences confirmées, Simon Casas, nouveau directeur des plus importantes arènes du monde, Las Ventas, est en passe de démarrer sa saison.

Pour entamer les discussions et s'assurer une position de force, c'est Robert, fils de José Pilés, novillero espagnol des années 1930, qui s'occupera des toros et de leur choix. Une responsabilité de taille pour un "petit" français, Nîmois qui plus est. Robert Pilés est pourtant l’un des premiers matadors français de l'après-guerre à s'être fait connaître avec Simon Casas et Alain Montcouquiol (Nimeño I). Depuis sa retraite de matador prise en 1986, le Nîmois n'a jamais vraiment quitté le mundillo en devenant organisateur de corridas dans diverses arènes françaises mais aussi apoderado de toreros qui remontent la pente grâce à lui.

Rejoindre l'équipe de Simon Casas le mettra au coeur des affaires. Connaissant parfaitement les toros, les encastes, les veedors, les arènes de Las Ventas et ce que son public veut, Robert Pilès sera un des hommes clés de la bonne marche de l'entreprise française à Madrid.

Parti réaliser ou poursuivre son rêve d'enfant en Espagne auprès de la personnalité la plus importante de la France taurine, Robert Pilès passera une grande partie de son temps au campo, dans les corrales ou en compagnie des vétérinaires avant le sorteo. Une réelle consécration, une marque de confiance. Depuis quelques jours, il prépare d'ores et déjà la saison madrilène qui se profile... Suerte Roberto!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité