A la uneActualités

BAGNOLS À Carmignan, ils en ont marre de ce croisement

Ce matin, à Carmignan (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce matin, à Carmignan (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« On n’y voit rien, il est en plein dans le virage », « quand on tourne sur le chemin Maransan, c’est à pile ou face » : ils étaient une petite quinzaine, ce mardi matin, postés près des campings de Carmignan, à Bagnols, pour manifester contre un croisement qu’ils estiment dangereux.

Un croisement situé entre les campagnes de la Coquille et des Genêts d’Or, sur la route D360. Une route départementale, donc, et à en croire les manifestants, qui faisaient signer des pétitions aux automobilistes, c’est bien ça le problème.

Un raccourci très fréquenté

« C’est une route départementale, on doit se retourner vers le Conseil départemental », affirme l’adjoint Bagnolais surnommé le « maire de Carmignan » Maxime Couston, venu manifester avec les conseillers municipaux François Penchenier et Denis Rieu. Un Conseil départemental qui a déjà fait des travaux sur ce croisement, et il n’y a pas longtemps : « il était prévu un rond-point, et ils ont fait un carrefour, en 2014, note Gilberte Allègre, la présidente de l’association des quartiers nord-est de Bagnols. Ça n’a rien arrangé, bien au contraire, c’est plus dangereux. »

Car les travaux ont juste déplacé l’entrée du chemin Maransan de quelques mètres alors que, dixit les manifestants, les terrains nécessaires à la construction d’un rond-point ont été mis à disposition par les propriétaires.

Mais si la visibilité n’est pas optimale, et c’est un euphémisme, le carrefour reste situé sur une petite départementale, en périphérie de la ville, dans les vignes. Sauf que cette petite départementale « sert de route de délestage de la route nationale 86, avec de gros pics de circulation le matin de 7 heures à 8h30 et le soir de 16 heures à 18 heures », affirme Maxime Couston. C’est que le raccourci permet d’éviter Bagnols aux heures de pointe, en reliant le rond-point de Carmignan à celui de la route d’Avignon, au niveau de Paniscoule.

Un raccourci qui n’a plus rien d’un petit secret qu’on garderait comme un coin à champignons : « on a les statistiques avec le radar pédagogique (placé à hauteur du terrain du Zion Garden, à Carmignan, ndlr), et il passe 600 voitures par jour », affirme l’adjoint. Alors forcément, « il y a déjà eu des accidents, un grave et plusieurs accrochages », explique la présidente de l’association. Sur place, tout le monde ou presque jure y avoir déjà au moins laissé un rétroviseur. Pire, l’arrêt de bus Edgard, situé à quelques dizaines de mètres du croisement, serait lui aussi « dangereux, et encore on l’a fait déplacer », tempête Gilberte Allègre qui, à défaut d’un rond-point, demande au moins que le département baisse la limitation de vitesse à 70 km/h sur la portion concernée, sur laquelle rouler à 90 km/h peut s’apparenter à un exploit plus dangereux qu’autre chose.

Le carrefour en question (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le carrefour en question (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Les travaux correspondent aux normes »

Quant au Conseil départemental, « il ne veut pas venir voir, on veut que les élus viennent sur place », demande Gilberte Allègre, quand Maxime Couston affirme qu’il en a « parlé personnellement à Alexandre Pissas (conseiller départemental du canton de Bagnols, ndlr), il n’en a rien à foutre. » L’intéressé dément : « ce n’est pas vrai, je suis allé voir et j’ai fait suivre du vice-président chargé des transports (Olivier Gaillard, ndlr), je ne suis pas chargé de la politique des routes. » Et si le Tresquois considère ce carrefour comme « dangereux », il rappelle qu’il y a « une hiérarchie dans la dangerosité » et affirme qu’après avoir fait remonter ce dossier à Olivier Gaillard, il n’en fera « pas plus pour l’instant. »

Contacté, Olivier Gaillard met les choses au point : « les travaux correspondent aux normes, et ont porté la visibilité à 160 mètres d’un côté, et à 350 mètres de l’autre. » Cependant, le vice-président du Département confirme que la possibilité de nouveaux travaux sur le site est à l’étude : « on discute avec la mairie de Bagnols pour connaître les conditions de mises à disposition de terrains privés », nécessaires à l’aménagement du carrefour, qui ne sera probablement pas un rond-point. « Tout le monde veut un rond-point, il y en a déjà 425 dans le département ! » s’emporte l’élu, avant d’affirmer que « en aucun cas le département n’a dit qu’il allait faire un rond-point. » Dans ce cas, un « tourner à gauche » pourrait suffire. Quant à la baisse de la limitation de vitesse sur la portion concernée, « la chose peut être étudiée, et ça peut aller vite », concède Olivier Gaillard, qui se dit « surpris par la position de la mairie de Bagnols », sur ce dossier.

Du côté des manifestants, on ne compte pas lâcher. Ainsi, une deuxième manifestation a été organisée en fin d’après-midi, et « la prochaine fois, on pourra mettre quelque chose au milieu de la route », prévient Gilberte Allègre.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité