A la uneActualitésEconomie

FAIT DU JOUR Pissevin : la colère d’un quartier contre le nouveau réseau Tango

Sept stations ont été supprimées à Pissevin.
Sept stations ont été supprimées à Pissevin.

Depuis le 3 décembre, le nouveau réseau Tango mis en place par l'agglo ne fait pas l'unanimité. À Pissevin, sept stations ont été supprimées au détriment des habitants. Ce vendredi, Yvan Lachaud a annulé un déplacement à leur rencontre.

Le tracé du réseau Tango a largement été remanié dans le quartier de Pissevin. Là ou la ligne A a été remplacée par la L2, ils sont près de 3 000 habitants oubliés, après la suppression de sept stations si l'on compte les deux sens de circulation (Cité U, Utrillo, Saint Pierre et Nîmes ouest bis). Un trajet plus direct a été privilégié, reliant directement la station Trait d'Union à Nîmes-Ouest. "Avant, la ligne A suivait la rue Utrillo et faisait le tour complet du quartier qui compte 1 080 appartements" relève Alain Lorgeas, président du comité de quartier de Pissevin.

capture-decran-2016-12-06-a-17-06-48

Un manque de concertation selon les habitants

Ce que déplore Alain Lorgeas, c'est un manque de concertation avec l'agglo. "La première fois que j'ai entendu parler de ce projet, c'est à l'Agglo Forum fin septembre." Le 3 décembre dernier, il rédige une lettre à l'attention de la direction de Nîmes Metropole pour demander à ce que les habitants de Pissevin soient entendus. Alors que Yvan Lachaud devait se rendre sur place ce vendredi à 17h30, ce dernier a finalement décliné selon Nîmes Metropole. En échange, une réunion avec le comité de quartier dans les locaux de l'agglo devrait avoir lieu mais n'est pas encore planifié, afin de prendre acte des problèmes concrets de ce changement. Car ils existent. En moyenne, il faut compter 15 minutes de marche supplémentaires pour rejoindre Nîmes Ouest ou Trait d'Union selon Alain Lorgeas, cinq minutes selon l'agglo. Cette dernière station, carrefour de quatre lignes (2,3,8,82) pose également problème. "Elle a été refaite sans prendre en compte le nombre important de gens qui s'y croisent. On se retrouve avec un trottoir de deux mètres de large et cela met en danger la population" ajoute t-il.

En attendant qu'une solution soit trouvée, les habitants luttent au quotidien. Comme Ouahida, 37 ans, mère de trois enfants et résidente de la place Watteau : "Je ne met pas en cause leurs compétences, mais là, cela ne fonctionne pas. Ils ont éliminé trop d'arrêts, et toutes les populations sont concentrées sur deux arrêts. Les bus sont plein à craquer, on ne peut pas monter, il faut jouer des coudes, parfois le bus ne s'arrête même pas car il est surchargé de passagers."

Du côté de l'agglo, Kadouri Tagrid, responsable de l'exploitation du réseau donne un autre point de vue, et apporte quelques réponses : "On entend qu'on abandonne Pissevin en supprimant des arrêts de bus, alors que c'est le contraire. On a fait le choix d'un maillage moins fin, c'est vrai, mais nous avons fait en sorte d'apporter un service de qualité avec deux lignes structurantes à dix minutes qui traversent le quartier et des horaires de circulation étendues jusqu'à 22h comme on nous l'avait demandé. Il n'y a pas de suppression, c'est un report d'arrêts vers Trait d'Union et Nîmes-Ouest qui se situent dans un rayon de 300 à 500 mètres acceptable et recommandé".

Des travaux sont prévus sur l'arrêt Trait d'Union à partir de début 2017, et un distributeur de titres automatiques va également être installé. Mais des modifications du trajet sont difficilement envisageables. "Il y a un regret d'un certain manque de concertation, mais le réseau proposé a été étudié en fonction d'une enquête très précise. On demande un effort aux habitants, ils vont marcher un peu plus, c'est la condition pour que le service soit amélioré comme nous l'avons fait. Après, s'il doit y avoir des modifications, Mr Lachaud saura y remédier".

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

9 réactions sur “FAIT DU JOUR Pissevin : la colère d’un quartier contre le nouveau réseau Tango”

  1. « structurantes », « préfiguration », « report d’arrêts », « maillage »
    Tout de suite les grands mots inutiles de la part de l’agglomération. Un peu de démocratie serait peut-être plus utile, mais Lachaud en est-il capable ?

  2. juste pour dire que les personnes âgées sont pénalisées. 500 mètres de plus quand on revient chargé après les courses . vous l’accepteriez pour votre mère ? c’est pourtant ce que doit faire mon amie Jeanne 80 ans qui se voit condamnée à limiter ses sorties

  3. Quel LACHE ce Lachaud pour ça il porte bien son nom, il se défile lorsqu’il doit rencontrer ses interlocuteurs en réunion d’après ce que je lis ici et il se revendique d’être un homme avec qui on peut et doit dialoguer
    et le responsable d’exploitation qui dit qu’ils n’abandonnent pas Pissevin mais qu’ils font un maillage moins fin? c’est quoi ça, ca veut bien dire que c’est un abandon! Quelles réponses il apporte? il y a toujours du retard et ça ne s’améliore pas chaque jour et il faut plus que dix minutes et personne de Pissevin ne leur a demandé de changer les lignes qu’on nous montre les preuves, quand on est malade, âgée, handicapé ou élève chargé, 300 à 500 mètres est inacceptable lorsque avant cette mise en place on en faisait moins pour rejoindre nos arrêts et dans un environnement plus dangereux car il faut se tasser dans les nouveaux arrêts on se pousse sur la route il n’y a pas de place ni de bancs pour tout le monde lorsqu’on attend plus de 20 minutes quand enfin le troisième bus qui n’est pas plein décide de s’arrêter
    Ils ne les abandonnent pas mais ils ne les écoutent pas non plus!
    L’enquête était tellement précise sur papier qu’en situation réelle c’est impossible à réaliser et ils ne veulent pas le réaliser
    kaddouri Tagrid et LACHAUD DEMISSION !!

  4. par contre pour la clientèle du centre ville et pour les commerces on ne demande pas d’effort: 7 stations pour faire le tour de ville. Oui il y à de quoi être très en colère devant un tel mépris. C’est odieux.

  5. Encore et encore payer plus, payer plus, payer plus, à écouter ces gens ! Pour 8% des habitants de la ville qui prennent le bus, il faudrait que les 92% restant payent par leurs impôts le cout faramineux de leurs déplacements ! C’est une bonne chose que ce réseau de bus qui était obsolète ait pu être revu

  6. pouvons nous organiser une réunion pour expliquer à ces réboussiers de toujours ce que le mot « en commun » dans transports en commun veut dire ?
    Ils veulent des taxis en bas de chez eux à leur disposition quand ils le souhaitent en fait ! et aux frais du contribuable comme le précise Joseph

    1. nous payons les bus comme tout le monde, nous payons des impôts comme tout le monde le problème c’est que nous les avions ces bus en bas de chez nous et on nous les a enlevés sans autre forme de procès mais des égoïstes prolétaires comme vous ne risquez pas de comprendre…prenez vous vous au moins le bus, êtes vous tributaire uniquement du bus?

  7. tous les habitants de pissevin sont pénalisés. les bus sont bondés arrivé chez nous nimes ouest ou trait d’union
    là on est en train de nous dire que rien ne va changer. ils ne vont pas revenir à l’ancien trajet avec les arrêts dans utrillo. ils considèrent que nous sommes des pions qu’on déplace selon leur bon vouloir à eux, à l’agglo, eux qui ne sont pas des usagers des bus. ils ne vivent pas dans le quartier, ils ne savent pas à quel point c’est pénible et dangereux pour les riverains de se déplacer jusqu’à nimes ouest ou trait d’union pour prendre les nouveaux bus. ils nous disent qu’ils nous favorisent en mettant plus de bus…il n’y a pas plus de bus, ils sont en retard permanent, bondés, et il y a des déserts horaires!!!!et qui a envie de traverser le quartier à 22h00 pour rentrer chez soi? il y a de l’insécurité quoiqu’en dise monsieur TIBERINO, c’est mal éclairé et la ville de nimes ne prévoit pas de sécurisé le quartier car il est maximum de sécurité selon eux ‘oui il n’y a qu’à voir ça fait plus de 3 semaines qu’on n’a plus de bureau de poste pour cause de vandalisme), il y a du carjacking au rond point des français libres…donc la ligne 2 arrêt capitelles2…..les élus n’ont aucune notion de la souffrance des derniers remparts qui habitent en ces quartiers depuis les années 60, qui faute de mieux ne peuvent pas déménager (finance trop juste), les personnes âgées galèrent pour prendre les bus aujourd’hui, elles sont fatiguées et angoissées de devoir traverser le quartier! les mamans du quartier sont inquiètent de laisser les enfants faire les trajets à pied pour prendre un bus qu’on avait l’habitude de prendre en bas de chez nous. Surtout les mamans qui ont des filles, elles ont peur que leur filles se fassent agressées et ces peurs sont toutes compréhensibles, elles sont réelles pas fantasmées. Mais les élus ne vivent pas dans ce quartier, vous les défenseurs de l’agglo, vous ne vivez pas dans le quartier alors de grâce, gardez vos commentaires et votre morale. Les élus nous ont méprisé sur ce coup, et ils continuent de le faire, aucun altruisme, de la communication ratée, de la mésinformation, des dysfonctions organisationnelles et de la publicité mensongère….le bus ne va pas plus vite, il n’y en a pas plus, c’est démagogique

  8. quand les bus sont vides tout le monde râle, et quand ils sont pleins les gens veulent être au calme comme s’ils étaient dans leur salon ! on croit rêver !
    300 mètres pour un arrêt de bus c’est pas le pic st loup à grimper !
    pour ma part, la ligne 2 fonctionne plutôt bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité