Politique

NÎMES MÉTROPOLE La gauche fulmine, le FN s’en va et le PS s’abstient…

Lundi soir en séance publique à Nîmes Métropole. Photo : Coralie Mollaret.
Lundi soir en séance publique à Nîmes Métropole. Photo : Coralie Mollaret.

En forme, la gauche a âprement attaqué la politique de l’exécutif centriste. Cela n’aura pas empêché l’adoption du budget 2017 à une écrasante majorité : 68 voix pour, 2 abstentions et 2 votes contre.   

Le vote d'un budget est l’exercice le plus important d’une collectivité. Il est la traduction concrète de la ligne politique définie par l’exécutif. Depuis son arrivée en 2014, le président centriste Yvan Lachaud a mis le cap sur le développement économique et l’enseignement supérieur. Deux marqueurs faisant l’objet d’importants investissements en 2017 : la zone économique Magna Porta (3,1M) autour de la gare de Manduel et l’aménagement (1,5 M) de l’EERIE. Un bâtiment racheté par Nîmes Métropole afin d’y implanter l’école d’ingénieur INSEN.

Plutôt étrange - pour ne pas dire incompréhenssible -, la socialiste Françoise Dumas et Alain Fabre-Pujol on joué la carte de l'abstention sur le budget. L’élue nîmoise et députée PS s’est pourtant inquiétée du coût des « investissements hors de proportion » de l’exécutif. Fustigeant la dette (250 M en 2017), elle a estimé que la « pression fiscale et l'endettement sont encore et toujours les seules perspectives d’avenir proposées à nos concitoyens ».

Du côté de la gauche de la gauche, on ne lésine pas. François Séguy (PG) et Sylvette Fayet (PCF) ont mis un point d'honneur à dénoncer la politique des transports de l'Agglo. Dans l'exercice 2017, Yvan Lachaud a prévu de baisser la subvention d’équilibre versée à ce budget annexe : de 15M en 2014, puis de 13 M en 2016, elle passe à 10M en 2017. La communiste fulmine : « Tout se passe comme si votre objectif n’était que de faire 3 M d’€ d’économies sans vraiment vous soucier des conséquences sur les usagers (…) Les transports doivent être attractifs pour les usagers avec des fréquences et des choix de desserte en adéquation avec les besoins de la population, laquelle aujourd’hui exprime largement son mécontentement… Alors que vous n’hésitez plus à la dépense pour des projets inutiles comme la gare TGV de Manduel ».

Le FN ne prend pas part au vote 

Après une passe d’armes avec Yvan Lachaud, ce dernier a coupé la parole au frontiste Yoann Gillet qui a décidé de quitter la séance avec ses élus. Le budget 2017 de Nîmes Métropole aura toutefois été adopté à la majorité avec 68 voix, deux votes contre et deux abstentions. 

CM

Lire aussi  : FAIT DU JOUR Le budget 2017 de Nîmes Métropole en cinq points clefs

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “NÎMES MÉTROPOLE La gauche fulmine, le FN s’en va et le PS s’abstient…”

  1. Ah bon ! LACHAUD a mis l’accent sur le développement économique. Parce qu’il prévoit une zone commerciale au milieu de nulle part , proche d’une gare qui ne se fera pas c’est une curieuse analyse. Il ferait mieux de satisfaire les besoins de la population en matière de transport qui vont devenir dramatiques. Il est vrai qu’il ne se sent pas concerné, ayant voiture et chauffeur à disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité