A la uneActualités

NÎMES Les écoles taurines font plier les anti-corridas

Joselito a même repris le capote pour le premier flashmob taurin organisé à l'ombre des arènes avec les élèves des écoles taurines... et tous les aficionados venus avec un capote ou une muleta.

photo illustration

 

Le Comité Radicalement Anti Corrida Europe (CRAC)  a réclamé en justice la fermeture de deux écoles taurines de Nîmes. Le tribunal administratif a rendu hier sa décision. La demande du CRAC est rejetée... Les deux écoles taurines pourront continuer d'enseigner aux jeunes.

"L’activité des écoles de tauromachie est contraire à la dignité des mineurs et elle trouble l’ordre public", avait expliqué en mai dernier au moment du dépôt de la requête devant le tribunal administratif l'avocat du CRACLe but des anti-corridas étaient d'obliger l'école taurine et le centre de tauromachie de Nîmes de cesser leurs activités car "les corridas mettent en danger les mineurs". "Les pratiques enseignées par la douleur qu'elles infligent aux animaux, sont contraires aux conventions européennes relatives à la protection des animaux", affirment les anti-corridas dans le dossier déposé au tribunal administratif.

Pour le bâtonnier gardois Jean-Pierre Bigonnet, qui défend les structures taurines, les arguments du CRAC ne sont pas crédibles. Il a développé à l'audience de nombreux points de droit. L'un de ses arguments est pour lui imparable: "Il résulte des dispositions de l'article 521-1 du code Pénal que le législateur a entendu autoriser la pratique tauromachique, tel que c'est le cas à Nîmes, car il s'agit d'une pratique locale ininterrompue. Il ne saurait dès lors, être prétendu que l'enseignement de cette pratique... qui s'adresserait à des mineurs, porterait atteinte à l'ordre public et que cet enseignement constituerait une infraction ".  L'avocat alésien a ensuite abordé l'autre thèse avancée par les anti-taurins, les "mauvais traitements à animaux".

"Le fait, publiquement ou non d'exercer des sévices graves, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé est puni de 2 ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d 'amende.... Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux, lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée".

Des éléments imparables pour la justice administrative qui a décidé de suivre les arguments de l'avocat des écoles taurines, Me Bigonnet, et de débouter le CRAC. Les écoles taurines pourront donc continuer à accueillir les jeunes passionnés.

Boris De la Cruz

 

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

7 réactions sur “NÎMES Les écoles taurines font plier les anti-corridas”

  1. Les écoles taurines ne font rien plier du tout.Elles ont juste le soutien de la justice et des politiques qui considèrent qu’en SAIGNER aux enfants a larder de coups d’armes blanches des veaux et des taureaux s’inscrit dans le droit et l’exercice de la liberté.Sont ce là les véritables valeurs ????

  2. Quand l’éthique se cache derrière la loi c’est qu’elle a mauvaise conscience. Aucun humain digne de ce nom ne peut accepter cette alinéa qui autorise la torture sauf des sadiques et des juges corrompus.

  3. je cherche toujours les arguments en faveur des écoles taurines : développer l’empathie, l’intelligence, le respect de l’altérité ? pas du tout…. Tout ce qu’on ose sortir c’est « traditions locales ininterrompues ». Imaginez le même alibi pour les lapidations, excisions, esclavages, décharges en plein air : ben on a toujours fait comme ça, c’est la « tradition ». Bravo ! Les traditions sont le paravent des lâches et de ceux qui refusent d’évoluer

  4. la justice se sert de curieux arguments pour cautionner des pratiques barbares. La tradition autoriserait tout. Avec de tels arguments dans certaines cultures, ils ne sont pas prêts d’abroger des pratiques barbares sur des humains notamment les femmes (excisions, mariages forcés, lapidations…).
    Pour revenir aux animaux comment peut-on considérer, à juste titre, qu’il s’agit d’êtres sensibles notamment à la douleur et enseigner la torture gratuite sur eux juste par jeu malsain?
    Un jour , prochain j’espère, quand les corridas seront abolies, on se demandera comment on a pu tolérer ces pratiques aussi longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité