ActualitésSociété

VAUVERT L’idée du lycée n’est pas abandonnée

Marc Jolivet, adjoint aux affaires scolaires, éducation, enfance, jeunesse, Jean-Loup Munier, principal du Collège de la Vallée Verte, Jean Denat, maire de Vauvert, Katy Guyot, adjointe au développement économique, commerce, halles et marchés, agriculture, environnement, communication et Francine Chalmeton, conseillère municipale
Marc Jolivet, adjoint aux affaires scolaires, éducation, enfance, jeunesse, Jean-Loup Munier, principal du Collège de la Vallée Verte, Jean Denat, maire de Vauvert, Katy Guyot, adjointe au développement économique, commerce, halles et marchés, agriculture, environnement, communication et Francine Chalmeton, conseillère municipale (Photo Anthony Maurin).

Après l’acte de candidature, la diffusion du dossier de candidature vauverdois permet de mieux comprendre les atouts de Vauvert et les arguments qui plaident en sa faveur.

Les vacances de Noël font réagir les élus de la ville. Après l'annonce d'Aimargues et les préférences pour Sommières, Vauvert rappelle ses arguments pour accueillir le futur lycée gardois. EN effet, la Région doit se prononcer prochainement sur le lieu d'implantation du futur lycée gardois à l'Ouest de Nîmes. Vauvert défend ardemment sa candidature et les services de la ville ont transmis à la Région un dossier complet conçu avec les services de l'Education nationale.

Et les arguments défendus tiennent la route...  Le nombre de lycéens concernés par le projet et par les gains de temps de trajets est plus conséquent si son implantation a lieu à Vauvert plutôt qu'à Sommières. Les filières professionnelles publiques nîmoises sont inaccessibles pour un trop grand nombre d'élèves du sud gardois à cause de trajets en transports scolaires dépassant plus d’1 heure. L'absence d'offre publique dans le Sud, pousse les familles à proximité à aller dans le privé. L'évasion scolaire est très forte dans le Sud du Département du fait de l'absence d'un lycée à proximité est souvent sous estimé or cela accroît d’autant le potentiel de jeunes concernés par les gains de temps de trajets. Pour finir, le socle de recrutement serait suffisant pour ouvrir un lycée à Vauvert, sa création ne déstabiliserait pas le lycée de Milhaud, au contraire, il permettrait de rééquilibrer l'effectif des lycées voisins et limiterait l'évasion scolaire.

Avec plus de 490 clics de soutiens sur la plateforme en ligne www.change.org "A Vauvert, un lycée pour tous, tous pour le lycée", la mobilisation des parents d’élèves, élèves et citoyens du territoire s’organise et s’amplifie au-delà des frontières communales avec comme mot d’ordre "Mobilisons nous pour l’égalité des élèves dans leur scolarité!". La décision de la Région est donc localement très attendue!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “VAUVERT L’idée du lycée n’est pas abandonnée”

  1. Vauvert, Sommières, Beaucaire ont besoin d’un lycée de proximité. Il faut peut être revoir les critères d’attribution pour satisfaire la chose tout en améliorant la mobilité des professeurs.
    Nous sommes au 21e siècle, nous pouvons et devons nous adapter pour une offre de qualité sans faire exploser la facture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité