A la unePolitique

FAIT DU JOUR Alès : la nouvelle grande agglo est (presque) prête

Montage : Alès Cévennes.
Montage : Alès Cévennes.

Exit l'agglomération à échelle "humaine". Depuis le 1er janvier, la communauté de communes d'Alès ne comporte plus 50 mais 73 membres, qui s'étendent jusqu'à la Lozère. Quels changements pour les usagers ? Explications.

De St-Jean-du-Gard à Bouquet, de Génolhac à Boucoiran, la nouvelle agglo d'Alès passe du rurbain au montagneux, sous la contrainte de la loi NOTRe. De nombreux maires - notamment communistes - ont exprimé leur désaccord lors de la fusion des 4 communautés de communes d'Alès, Vivre en Cévennes, Pays Grand'Combien et Hautes Cévennes, mais rien n'y a fait. Reste à savoir si leurs inquiétudes seront justifiées.

Depuis six mois, les techniciens de chaque collectivité travaillent d'arrache-pied pour organiser la fusion. Et Patrick Deleuze, ancien président de Hautes-Cévennes, le reconnait, "il y a eu une vraie coopération des services". Au total, 30 employés seront physiquement transférés à Alès, dont 7 de Génolhac.

Impôts : des augmentations à prévoir

Côté fiscalité, tout a été organisé pour minimiser l'impact sur l'administré, à coups de calculettes et de transfert de taxes. Quelques ajustements toutefois. De la redevance, les communes de Hautes-Cévennes ont dû s'aligner sur leurs consœurs et passer à la Taxe d'enlèvement des ordures ménagères, soit une moyenne de 50 % d'augmentation. Les habitants découvriront son montant en ouvrant leur taxe d'habitation en octobre prochain... "C'est l'Etat qui décidera des taux en fonction de la valeur locative. A priori, les logements aisés devraient payer beaucoup plus", annonce Patrick Deleuze.

D'autres changements sont encore incertains. Max Roustan annonçait en 2016 qu'il manquait 17 % pour financer le coût réel de l'enlèvement des ordures ménagères. Elle risque donc de croître en global. Même si pour l'ex-président de Vivre en Cévennes Ghislain Chassary, "ce n'est pas une fatalité. La taxe sur les activités polluantes augmente sans cesse en fonction du volume de déchets. A l'inverse, le recyclable peut nous rapporter. C'est un effort collectif".

Dernière interrogation : la taxe d'habitation assujettie à des abattements différents suivant les communes. Ils devront subir un lissage cette année pour un effet en 2018. Par exemple, Rousson bénéficie d'un abattement général de 10 % qui pourrait être supprimé. "Si c'est le cas, je ne sais pas si je pourrai compenser. On nous a ôté des dotations avec les compétences, je ne pourrai pas être partout", déplore son premier magistrat. Dans tous les cas, le défenseur de la fusion René Doussière, maire de Portes, se veut pragmatique. "S'il y a une hausse, elle sera toujours moins grave que si on était resté seul dans le Pays Grand'Combien : on n'avait plus de capacité d'auto-investissement".

Quid de la gestion du scolaire et de l'urbanisme

carte-ales-agglo-2017
La nouvelle agglo. Source : INSEE RP retraitement observatoire partenarial Alès-Cévennes

Côté compétences, aucune modification significative pour les citoyens n'a été opérée au 1er janvier. Mais les deux ans à venir seront décisifs dans plusieurs domaines sensibles. Cantine, activités péri-scolaires, Atsem, l'ex-Alès Agglo proposait jusqu'à aujourd'hui un service à la carte pour les communes et n'a - en théorie - pas de raison changer son fusil d'épaule. Mais Ghislain Chassary reste perplexe. "L'Etat risque d'exiger une uniformisation dans les années à venir et l'intercommunalité devra être équitable". Entre les municipalités sans activités péri-scolaires, et celles qui les proposent gratuitement, les politiques les plus avantageuses seront pénalisées. Ce sera le cas aux Mages ou à St-Jean-de-Valériscle. Idem pour la cantine. "Le plus dur sera de se mettre d'accord sur les tarifs", constate l'élu.

En ligne de mire également, les Plans locaux d'urbanisme. Resteront-ils aux communes ou seront-ils partagés ? Les membres trancheront en mars. "Si une seule mairie n'est pas d'accord, on ne pourra pas le faire, il faudra que ça soit voté à l'unanimité", avance Ghislain Chassary qui ne se dit pas inquiet pour la suite du travail. Au total, 87 réunions sont prévues d'ici juin pour caler tous ces aspects. Les Cévenols patienteront en profitant de l'un des premiers avantages immédiatement perceptibles de la fusion : la fin des tarifs "hors agglo" pour la cantine, les centres de loisirs, les écoles de musique, la médiathèque ou encore la piscine.

Les 113 délégués élus sont convoqués ce soir pour le premier conseil d'agglo à 73. Le maire de Rousson devrait décrocher une vice-présidence ainsi que son homologue Patrick Malavieille. Ils seront 15 au total. Quant au candidat principal, un seul devrait se présenter, Max Roustan. Sauf surprise de dernière minute.

Eloïse Levesque

 

NB : Conctatés par OG, Patrick Malavieille, ex-président du Pays Grand'Combien, et Christophe Rivenq, directeur général des services à Alès Agglo, n'ont pas souhaité répondre à nos questions.

 

 

 

 

 

 

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité