Faits Divers

Vergèze La caserne des pompiers bloquée : 3 jeunes au tribunal

pompiers-photo-anthony-maurin

Les poursuites devant le tribunal correctionnel évoquaient « l’apologie du terrorisme ». En fait, trois jeunes fêtaient un anniversaire et inhibés par l’alcool, ils s’en sont pris aux pompiers de la caserne de Vergèze.

« Il s’agit de trois pochtrons qui ont fait la fête, un peu trop parce qu’ils fêtaient les 20 ans d’un d’entre eux, » relativise Maître Stéphane Simonin pour le trio qui fait face au tribunal correctionnel. Ils sont poursuivis pour « apologie du terrorisme » car ils auraient crié le mot « Daech », et sont également soupçonnés de « menace de mort et outrage », aux pompiers de permanence cette nuit du 12 juin 2016 à la caserne de Vergèze. Des jeunes qui s’excusent, qui semblent vraiment désolés des paroles prononcées sous l’effet de l’alcool.

Ce soir-là, c’était la fête dans le village voisin de Codognan, et le conducteur a trouvé une place, près de la caserne. Au retour de la fiesta, les jeunes ne veulent pas repartir au volant du véhicule car le conducteur est trop alcoolisé. Musique à fond, ils dérangent les pompiers qui ont fort à faire avec un autre fêtard qui casse tout dans la caserne et qu’ils ne parviennent pas à maîtriser. Un pompier volontaire s’avance et demande aux jeunes devant le portail de la caserne de faire moins de bruit et de baisser la musique. C’est un peu plus tard que les injures vont pleuvoir. « Je m’excuse, vraiment je ne voulais pas m’en prendre aux pompiers, les paroles ont dépassé nos pensées », témoigne un garçon de 20 ans, bénévole comme ses deux autres compagnons de tribunal à la Croix Rouge. Un autre, ajoute avec émotion : « J’ai eu un grave accident de moto il y a quelques années, et je leur dois d’être debout aujourd’hui ».

Il n’empêche que les soldats du feu ont eu très peur. « C’est devenu un sport national lors des soirées. Des jeunes se disent qu’est-ce qu’on fait maintenant, allez on va se taper les pompiers, dénonce l’avocat des pompiers victimes. Dans cette affaire, les pompiers vont appeler les gendarmes pour gérer la situation. Les pompiers sont restés coincés une demi-heure dans la caserne, heureusement qu’il n’y a pas eu un appel d’urgence à ce moment-là, » poursuit Me Philippe Barnouin, avocat du Service Départemental d’incendie et de secours.

Le substitut du procureur se montre indulgent, il estime « que la prise de conscience des trois jeunes prévenus est là. Ils ne sont pas connus pour des infractions précédentes ».

Le tribunal a condamné les fêtards à 800 euros d’amende pour deux d’entre eux et l’exclusion de la sanction du casier judiciaire. Un des garçons a été relaxé.

Boris De la Cruz

Edité :

La Croix-Rouge Française souhaite apporter la précision suivante : "Nous tenons à affirmer qu’en aucun cas ces trois jeunes garçons ne sont bénévoles à la Croix-Rouge française."

ObjectifGard rappelle que s'agissant d'un compte-rendu d'audience, notre journaliste a assisté au procès qui s'est déroulé "en audience publique" devant le tribunal correctionnel de Nîmes. Les avocats présents, le public, les juges ont pu entendre comme notre journaliste, les prévenus affirmer qu'ils étaient des bénévoles de la Croix Rouge. Par ailleurs, l'avocat des trois jeunes gens a repris cet argument dans sa plaidoirie affirmant : "Mes clients respectent les institutions et ils n'ont jamais voulu salir ou agresser les pompiers. Ils sont à 20 et 21 ans des bénévoles à la Croix Rouge, c'est dire le respect qu'ils ont des autres"

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité