ActualitésCulture

NÎMES L’Andalou Dorantes décortique le flamenco à Paloma

Dorantes, au piano, sur la grande scène de Paloma. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Dorantes, au piano, sur la grande scène de Paloma. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Dorantes fait rimer le flamenco avec la musique de Debussy et s'offre quelques détours jazzy. Un combo pas évident à la première écoute, mais qui a conquis un public nîmois d'aficionados hier soir à Paloma.

Il n'est jamais évident de trouver le dénominateur commun pour faire fusionner des harmonies que tout oppose au premier abord. C'est du moins ce que l'on pensait avant d'écouter le prodigieux pianiste andalou David Pena Dorantes dans la grande salle de Paloma, hier soir, véritable machine à aspirer les genres pour n'en faire qu'un, le sien. Profondément flamenco, Dorantes descend d'une grande dynastie de gitans de Basse Andalousie. C'est sans doute pour se libérer du lourd fardeau de l'héritage familial - fils du guitariste Pedro Peña, neveu du regretté El Lebrijano et petit-fils de la Perrata, que ce dernier a porté l'oreille vers d'autres horizons. Un sacrilège qu'il met à profit après le conservatoire de Séville, en changeant d'instrument pour basculer de la guitare au piano. C'est là aussi toute la particularité de sa musique : Dorantes ne fait pas de distinctions entre les deux. Mais le piano n'est-il pas également, au même titre que la guitare, un instrument à corde - frappées, certes.

Il ne lui en fallait pas plus pour faire sa propre révolution. En amenant le flamenco vers d'autres rivages, Dorantes fait preuve d'une grande modernité. Pendant près de deux heures, aidé par danseuse et musiciens, l'auteur d'Orobroy (son premier ovni sorti en 1998) a abattu des murs, construit des ponts et lancé des perches de l'autre côté de l'océan, là ou le jazz est roi. Une sacrée performance qui avait de quoi laisser perplexe les oreilles les moins affutées - le piano, instrument de la virtuosité, peut-il vraiment transmettre avec autant de conviction l'expressivité de la guitarra flamenca ? InterAccion, dernier spectacle de Dorantes présenté hier soir à Paloma, apportait quelques éléments de réponse.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité