A la uneActualitésAutres sportsSports Gard

FAIT DU JOUR À Nîmes, la Vuelta sera plus qu’une course cycliste

Ce matin, à la Maison Carrée. Photo : CM.
Ce matin, à la Maison Carrée. Photo : CM.

Le départ du Tour d’Espagne sera donné en août à Nîmes. L’événement international, aux retombées économiques certaines, illustre les liens étroits entre la ville et la péninsule ibérique.

Rendez-vous a été pris, hier matin, à la Maison Carrée. Le lieu n’est pas anodin : le temple romain accueillera, le 19 août, le départ du contre-la-montre par équipes de la Vuelta. Une première dans les 83 ans d’histoire de ce Tour. Alors face à la presse et aux élus nîmois, la société Unipublic propriétaire de l’événement a, encore une fois, relevé le caractère exceptionnel de l’édition 2017.

Avant de présenter les grandes lignes de l’étape nîmoise, le directeur général Javier Guillen a prononcé une ode à la cité nîmoise. Parce que la Vuelta à Nîmes, c’est d’abord la communion de deux peuples d’afición. « S’il y avait une ville française qui méritait d’accueillir ce tour, c’était bien Nîmes ! », s’exclame M.Guillen, « son histoire, sa culture, sa tauromachie ou encore son flamenco… Il y a tellement de points communs entre nous ».

Lyrique, l’homme se souvient de cette « corrida du siècle », le 16 septembre 2012. Alors que « la luminosité inondait la rue, cette lumière a guidé José Tomás et c’est également elle qui nous a conduit à Nîmes. Espérons que la corrida du siècle se transforme en Vuelta du siècle ! ».

Un évènement sportif et économique 

Dès le vendredi 18 août, Nîmes sera sous le feu des projecteurs avec la présentation des 22 équipes aux Jardins de la Fontaine. Entre la Tour Magne et le Temple de Diane, les 2,6 millions de téléspectateurs issus de 190 pays découvriront la richesse historique et culturelle de la ville. Le lendemain, le contre-la-montre par équipes sera donné à 17h30 depuis la Maison Carrée. Deux heures de course pour un parcours de 13,7 km. Si la totalité du tracé n’a pas encore été dévoilé, Unipublic assure que les cyclistes passeront dans les Arènes. Puis, le dimanche, ils s’élanceront  vers Gruissan pour les 201 km du Grand Narbonne. 

« L’Espagne parle déjà de Nîmes et très bien de Nîmes », poursuit Javier Guillen, sous le regard enthousiaste des élus. Au-delà de l'exploit sportif, la municipalité attend un retour sur investissement. Un million d’euro a été payé par Nîmes pour accueillir le Tour d'Espagne. Le premier adjoint Franck Proust chiffre les retombées économiques : « 1 500 personnes de la caravane publicitaire se logeront dans nos hôtels et dépenseront en moyenne 200 € chacune. Nous attendons également 300 000 spectateurs, soit une consommation estimée à 7,5 M ! ». L’économie vertueuse d’un événement sportif et surtout, populaire.

Coralie Mollaret

Et aussi

Vuelta Junior. L’adjoint aux sports souhaite placer la Vuelta sous le signe du « partage et de la transmission ». La commune sélectionnera 1 000 enfants dans 20 écoles de Nîmes pour les former au cyclisme. Par la suite, 250 auront l’opportunité de participer à la Vuelta Junior en parcourant le dernier kilomètre de la course nîmoise…

Jeudis de Nîmes 100 % espagnols ! Pour accueillir la Vuelta, le jeudi de Nîmes qui le précède se mettra aux couleurs de l'Espagne. « J'espère que les commerçants joueront le jeu ! », a commenté Julien Plantier. Olé !

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “FAIT DU JOUR À Nîmes, la Vuelta sera plus qu’une course cycliste”

  1. Le coût réel de l’accueil de la Vuelta est de 1,2 millions d’euros sans compter les frais occasionnés par les agents municipaux mobilisés et les aspects techniques. Alors que le milieu sportif nîmois se voit refuser toutes nouvelles demandes d’aide financière (HBCN, RCN, Nîmes Olympique et sa pelouse, arrêt du semi-marathon…), on peut s’interroger sur l’accueil de cet événement coûteux ! Être une ville départ – arrivé sur le Tour de France (plus médiatique) coûte 3 fois moins cher. Les contribuables nîmois paient cher ce caprice des élus nimois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité