NÎMES OLYMPIQUE L’amertume laisse la place à la colère

Larry Azouni Photo Archives Anthony Maurin).

Larry Azouni (Photo Archives Anthony Maurin).

Les Crocos n'ont pas pu tenir la victoire face à la lanterne rouge Tours. Un match nul 1-1 concédé, mais quelle bataille! Au moins, le public s'est senti impliqué dans la lutte, ce qui nous promet une fin de saison des plus chaudes aux Costières.

Les réactions d'après match ne se sont pas faites attendre. À commencer par celle de l'heureux entraîneur de Tours, le jeune Fabien Mercadal qui a vu un "Scénario de fou, le match a rapidement été tendu mais nos joueurs ont beaucoup de volonté, nous sommes allés chercher l’égalisation tout en ayant un déficit de confiance alors que nous étions en double supériorité numérique. Je félicite et respecte les Nîmois qui ont un vrai public mais je ne commente pas les décisions arbitrales".

Et pour le coup, les décisions furent aléatoires. Non pas que les deux cartons rouges attribués par Mehdi Mokhtari aux Nîmois soient excessifs, mais on aurait espérer voir les mêmes sanctions pour l'équipe tourangelle... Bernard Blaquart, entraîneur du Nîmes Olympique:note quant à lui que "L’arbitrage peut être sévère, ce n’est pas un problème mais il faut l’être des 2 côtés… C’est très dur de canaliser les choses et de se canaliser car même à 10 contre 11 pendant 75 minutes, on a maîtrisé le jeu. On s’est créé des occasions, le scénario est vraiment cruel pour nous. On a manqué de sérénité et de maturité. Dans le jeu j’ai trouvé mon équipe très bonne en infériorité numérique, on aurait pu mettre le second but mais je tire un grand coup de chapeau à mes joueurs, c’était le troisième match en sept jours! On perd deux points, deux joueurs et un peu de nos forces… On continue notre série malgré tout, j’espère que ce match ne sera pas le coup d’arrêt car il nous coûte cher".

Réserve sur l'intégrité de l'arbitre Mehdi Mokhtari

Mécontent de voir le corps arbitral agissant de la sorte, le club n'en reste pas là... Laurent Boissier, directeur sportif du Nîmes Olympique explique, "Le président et le capitaine Fethi Harek ont posé une réserve sur l’intégrité de l’arbitrage de ce brave garçon. Il faut respecter les gens qui étaient au stade. Nous sommes surpris et déçus de ce qui s’est passé ce soir et on ne peut pas laisser passer! Le nombre de cartons remet beaucoup de choses en cause…". Remonté comme une pendule, Pascal Garibian, le patron des arbitres français n'a pas apprécié la démarche. Pour lui, les sanctions nîmoises sont justifiées, tout comme les expulsions. Le directeur technique de l'arbitrage français demande à ses instances d'imposer une "lourde sanction" au Nîmes Olympique. Petit hic, les Crocos ne dénoncent pas le comportement de l'arbitre Mehdi Mokhtari envers eux, ils ne se battent pas pour minorer le nombre de cartons qu'il ont pris. Ils dénoncent cependant le traitement "avantageux" de Tours.

Pour le très polyvalent Théo Valls qui a joué pour la première fois arrière gauche, la frustration et la colère étaient prégnantes. "On se fait punir mais on ne comprend pas pourquoi. Tout se passait bien, il y a eu un petit fait de jeu, la tension est montée et nous sommes à Nîmes… On aurait dû être plus serein. Le public nous galvanise, à 10 nous n’avons pas concédé d’occasions mais à 9 c’était plus compliqué. L’arbitre a fait ses choix, nous n’étions pas trop d’accord mais on ne va pas en parler! On était sur une bonne dynamique, on a voulu continuer mais ce genre de match arrive et c’est arrivé ce soir, c’est un peu dur…".

Enfin, c'est le capitaine Fethi Harek qui philosophe et relativise. "Une fois qu’un match est joué on ne peut plus rien y faire! Là, on perd deux points, c’est le football et c’est comme ça! C’est dommage de ne pas être sur le podium aujourd’hui mais on a encore de nombreuses échéances pour y être et nous n'avons pas la pression. On n’a jamais visé le podium depuis le début de la saison mais on méritait peut-être un meilleur résultat que ce 1-1. On est surtout énervé par rapport au contexte, on ne comprend pas comment on finit le match à neuf et eux à onze. On se pose des questions que l’on ne devrait pas se poser et j’émets des doutes sur l’intégrité de l’arbitre. Je lui ai dit pendant le match. Nous voulons que la commission de disciple visionne la rencontre pour voir si cela mérite une enquête supplémentaire".

Partager