MONTAGNAC Le chauffard récidiviste contrôlé positif à la cocaïne et au cannabis

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

On ne peut pas dire que Loïc, un Gardois de 27 ans, ait fait une bonne première impression au tribunal correctionnel de Nîmes.

Jugé pour avoir été contrôlé positif à la cocaïne et au cannabis, il débarque dans le box avec une veste Adidas noire et les trois bandes emblématiques de la marque aux couleurs du drapeau de la Jamaïque (vert, jaune, rouge) mais aussi aux couleurs « de la fumette », comme l’indiquera le procureur Emmanuel Garcia.

Quand la présidente Christine Ruellan lit le casier judiciaire de ce toxicomane qui fume du cannabis depuis l’âge de 14 ans et prend de la cocaïne depuis l’âge de 16 ans, une ligne fait froid dans le dos. En février 2011, Loïc a été condamné à deux ans de prison dont six mois avec sursis à la suite d’un grave accident de la route. Conducteur du véhicule, sous l’emprise du cannabis, il s’était endormi au volant et avait percuté une autre voiture. Deux jeunes femmes perdront la vie et quatre autres  personnes seront blessées. Cette annonce glace la salle d’audience d’autant que le prévenu comparaît pour des faits identiques qui, fort heureusement, n’ont pas eu les mêmes conséquences.

Le 29 janvier dernier, il est contrôlé en voiture à hauteur de Montagnac, au lendemain d’une grosse soirée durant laquelle il a consommé 1g de cocaïne et 3g de cannabis.

-      Je savais que je ne pouvais pas conduire mais là c’était pour aller acheter le pain, explique Loïc. J’assume complètement, je regrette mais maintenant c’est fait, c’est fait.

Le procureur rebondit :

-      Vous avez laissé six personnes sur le carreau dont deux morts. La question que je vous pose est de savoir si vous aimez plus votre petit joint ou les autres ?

-      Les autres, répond timidement Loïc.

Le procureur Emmanuel Garcia, loin d’en être convaincu, demande une peine qui ne serait pas inférieure à deux ans de prison ferme. Il sera en partie entendu par le tribunal qui condamne Loïc à deux ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans. Il écope aussi d’une amende de 500€ et d’une interdiction de repasser le permis dans les deux prochaines années.

Partager