ActualitésSociété

TOROS/TAUREAUX Philippe Cuillé n’est plus

Philippe Cuillé ici avec Juan-Carlos-Carballo après la grâce de son novillo aux arènes d'Alès lors de la dernière feria de l'Ascension (Photo Anthony Maurin).
Philippe Cuillé ici avec Juan-Carlos-Carballo après la grâce de son novillo aux arènes d'Alès lors de la dernière feria de l'Ascension (Photo Anthony Maurin).

Un grand monsieur s'en est allé. Philippe Cuillé, homme aux multiples casquettes, est décédé laissant dans son sillage l'espoir d'un lien fort entre le monde de la bouvine et celui de l'aficion.

Philippe Cuillé faisait partie de ces  personnes douces, riantes,  aimantes, passionnées et illuminées qui bordent le cercle des arènes et les vastes champs camarguais. Mêlant depuis des lustres les deux univers de la bête à corne, il avait su se faire une belle place au soleil de cinq heures.

Manadier mais aussi ganadero, il était apderado, directeur d'arènes... Bref, vous l'aurez compris, les mots ne seront jamais assez justes pour évoquer une telle personnalité. Impliqué dans la vie locale, il en connaissait les moindres aspects et aimait en jouer. Philippe Cuillé n'est plus. Son souvenir ne peut s'inscrire dans le temps,  que si d'autres prennent sa place et créent des passerelles entre les deux cultures taurines de la région.

Objectif Gard présente ses sincères condoléances à sa famille ainsi qu'à ses proches.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité