LEGISLATIVES Alès 4 : les soutiens de Mélenchon entrent dans la mêlée

La candidate Lucie Rousselou et son suppléant Thomas Champigny. EL/OG

La candidate Lucie Rousselou et son suppléant Thomas Champigny. EL/OG

Après le sortant Fabrice Verdier (PS) et le communiste Claude Cerpedes, c'est au tour de Lucie Rousselou, 33 ans, d'annoncer sa candidature sur la 4e circonscription du Gard. Elle représente la France insoumise, mouvement lancé par Jean-Luc Mélenchon.

L'électeur peut y perdre son latin mais les candidats assument. Si les communistes et la France Insoumise seront unis pour les Présidentielles, ils n'ont pas trouvé d'accord national pour les Législatives. Chacun présentera donc sa liste, quitte à s'allier au second tour. "Nous sommes ensemble, mais pas sur ce scrutin. Le PC a axé sa campagne sur un ancrage local, nous défendons une ligne nationale. On perdra peut-être des voix, mais notre projet est clair. De leur côté, les communistes travaillent avec le PS sur le territoire", argue Xavier Aliot, co-directeur de campagne dans le Gard.

Cette ligne, c'est celle du livre de Jean-Luc Mélenchon, "L'avenir en commun" : instauration d'une 6e République, abrogation de la loi Travail, restauration de la retraite à 60 ans, revalorisation des pensions, rehaussement du Smic à 1 325 € net, etc. Un ouvrage "élaboré en 8 mois de collaborations citoyennes"."Les Législatives sont des élections nationales. Les citoyens qui auront voté Mélenchon aux Présidentielles doivent pouvoir élire des députés défendant le même programme", explique-t-il.

Chaque circonscription de France sera donc représentée. Sur la 4e du Gard (d'Alès à Pont-St-Esprit), il s'agira de Lucie Rousselou, médiatrice culturelle et actuellement mère au foyer. "Je ne suis pas encartée, comme 60 % candidats nationaux. Mais j'ai été tirée au sort pour participer à l'assemblée du Mouvement pour la 6e République, et j'ai eu un déclic : on peut tous faire de la politique", plaide-t-elle.

Sur ce secteur, deux concurrents de gauche ont annoncé leur intention de se lancer, et l'on attend encore des noms pour la droite et le FN. Quelle lisibilité pour cette nouvelle candidature ? Les militants se disent confiants, à l'appui que quelques rares sondages où Mélenchon devance Hamon au premier tour. "On fait le pari d'un bon score qui va suivre celui de Jean-Luc en mai", avance Thomas Champigny, ingénieur et suppléant. Pour Lucie et Thomas, la campagne a déjà commencé. Après les tractages, les réunions publiques sont en cours d'organisation.

Lire aussi :

Législatives : Pour Vincent Bouget (PCF), rassemblement ne veut pas dire ralliement

LEGISLATIVES 3e circo : France Insoumise accélère

 

 

 

 

 

 

Partager