A la uneActualitésSociété

GARD Objectif ISS, on a parlé à Pesquet!

Le CLub Radioamateur Scientifique de la Vaunage avait la lourde tâche détablir la connexion avec Thomas Pesquet Photo Anthony Maurin).
Le Club Radioamateur Scientifique de la Vaunage avait la lourde tâche d'établir la connexion avec Thomas Pesquet à bord de l'ISS (Photo Anthony Maurin).

6 mois de préparation pour une dizaine de minutes passées en compagnie de Thomas Pesquet, le 10ème astronaute français actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale. Mission accomplie pour les enfants de Boissières et Saint-Dionisy!

Systèmes de secours, batteries de secours, ordinateurs de secours, station de secours... Il ne fallait pas gâcher 10 minutes de connexion après un an de préparation! Les bénévoles du Club Radioamateur Scientifique de la Vaunage ont réussi à titiller les petites antennes fixées sur la maison spatiale de Thomas Pesquet. Pour ne rien rater, une parabole et un grand rateau étaient fixés sur le toit de la salle Vergèze Espace, qui n'a jamais porté aussi bien son nom.

Première répétition dans la salle (Photo Anthony Maurin).
Première répétition dans la salle (Photo Anthony Maurin).

Dans le cadre d'un programme pédagogique européen, 20 élèves des écoles gardoises de Boissières et Saint-Dionisy ont pu s'entretenir en vidéo avec Thomas Pesquet. Pour la directrice de l'école de Saint-Dionisy, c'est à un papa qu'il faut dire le plus grand des mercis... Car c'est grâce à M. Faure que le rêve est devenu réalité. "Il est radioamateur et nous a fait part de ce projet que nous ne connaissions pas. Les enseignantes se sont occupées de la partie pédagogique et M. Faure de la technique. Le projet a permis aux enfants de travailler le sujet en abordant de multiples disciplines". Évidemment, quand on doit parler à un astronaute, on peaufine les connaissances générales.

Les élèves se mettent en situation (Photo Anthony Maurin).
Les élèves se mettent en situation (Photo Anthony Maurin).

Parmi les 56 candidatures européennes, le regroupement pédagogique intercommunal de Boissières et Saint-Dionisy a su mettre quelques étoiles dans les yeux des sélectionneurs. "Quand on a reçu le colis du Centre National d'Etudes Spatiales, nous avons compris l'ampleur du programme. Maintenant, nous espérons que Thomas Pesquet vienne nous rendre visite!" espère la directrice de l'école de Boissières.

Derrière, lécran. Dans le cercle jaune, lélève qui attend de poser sa question, dans le bleu, celui qui la pose et dans le vert, lenfant qui attend la réponse à sa question (Photo Anthony Maurin).
Derrière, l'écran. Dans le cerceau jaune, l'élève attend de poser sa question, dans le bleu, il la pose avec l'aide du micro et dans le vert, il attend la réponse de Thomas Pesquet (Photo Anthony Maurin).

C'est la première fois en France que des enfants aussi jeunes, (âgés de 4 à 10 ans), peuvent discuter avec la Station Spatiale Internationale en direct vidéo, un moment mémorable à plus d'un titre! Il y a 60 ans, les premiers signaux venant de l'espace, émis alors par le petit Spoutnik, étaient captés par la Terre. Aujourd'hui, dans une salle communale, on arrive à parler et à voir un astronaute en action... Voilà de quoi laisser pantois! Même les enfants les plus jeunes. D'ailleurs, les premiers chanceux du jour arrivent peu à peu dans le temple gardois de la télécommunication afin d'assister à leur première grand'messe.

Cest parti! Premier contact radio (Photo Anthony Maurin).
C'est parti! Premier contact radio (Photo Anthony Maurin).

Revêtus de tee-shirts rappelant l'événement et offerts par la Région, ils prennent place et commencent les répétitions à 90 minutes de la communication qui passera par des relais anglais et italiens. Le parcours est balisé, les 20 élèves choisis sont en file indienne et défilent à la manière d'un ballet télévisuel millimétré avec un timing proche de celui d'une horloge atomique. Dans les gradins, comme pour Intervilles, les encouragements et les vachettes en moins, enfants et parents de Boissières sont assis d'un côté et les Saint-Dionisyens sont de l'autre. Mécènes, Institutions et Invités prennent de la hauteur.

Le public concentré sur les propos pour linstant sans voir le principal intéressé (Photo Anthony Maurin).
Le public concentré sur les propos ne voit pas encore le principal protagoniste de la journée (Photo Anthony Maurin).

Quelques minutes avant de commencer, on indique sur l'écran géant la position de Thomas Pesquet qui est alors du côté des USA. 14h et des brouettes, la connexion doit être établie. On lance des appels qui demeurent sans réponse. Encore quelques secondes et le souffle rauque des ondes FM envahit la salle et sème le trouble. Puis, tout devient clair et les propos deviennent audibles aux bonnes ouïes. Oui, c'est lui, c'est bien notre astronaute perché dans son module Colombus intégré aux 110 mètres de long de la station spatiale qui flotte placidement à 400km au-dessus de nos têtes.

Enfin! Thomas Pesquet apparaît et réagit en direct! (Photo Anthony Maurin).
Enfin! Thomas Pesquet apparaît et réagit en direct! (Photo Anthony Maurin).

Pour Selma, Elia, Tom, Flavio, Nathan, Gauthier, Ethan, Alexis, Kylian, Gabin, Gabriel, Eléa, Tatiana, Maxime, Louis, Maëlle, Leah, Zoé, Elea et Ewan, le temps des questions est venu.

Le message audio est instantané, plus rapide qu'une communication téléphonique terrestre. La vidéo ne tarde pas à apparaître et la salle découvre notre Thomas national arborant un maillot tricolore. L'astronaute se prête au jeu des questions-réponses en utilisant des mots simples et un lexique imagé afin de répondre au mieux aux interrogations enfantines. On cause de la vue de la Terre depuis l'espace, de l'apesanteur avec démonstration à la clé ou encore de la possible venue de Thomas Pesquet, dès son retour, dans le Gard pour voir les enfants.

Ladmiration est de mise mais les élèves ne bafouillent pas et assurent face à une telle personnalité (Photo Anthony Maurin).
L'admiration est au programme mais les élèves ne bafouillent pas et assurent leur partie. L'astronaute est bienveillant et répond avec brio (Photo Anthony Maurin).

On parle aussi nourriture, expériences végétales, météorites, vêtements, sapin de Noël... et si vous êtes comme Maëlle à vous demander s'il y a de la vie dans l'espace, "Ben déjà il y a moi!" rétorque l'astronaute français. Ah oui c'est vrai... Nous ne sommes pas sur un réseau social en train de tailler le bout de gras avec le collègue du village voisin!

(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).

Mission réussie et accomplie avec la manière. Applaudissements, émotions, débriefing et goûter étaient au programme de la suite de la journée. À présent, on est redescendu sur terre mais quelques minots auront eu la chance de vivre une chose unique dans une vie. Bravos les enfants!

Enfants, bénévoles et encadrants sont heureux, leur mission impossible sest achevé sur un succès fantastique (Photo Anthony Maurin).
Enfants, bénévoles et encadrants peuvent être heureux, leur mission impossible s'est achevée sur un succès fantastique (Photo Anthony Maurin).

Bravo aussi à toutes celles et tous ceux qui ont permis cet instant de rêverie. Pour voir la video du direct ou pour en savoir plus sur la mission Proxima de Thomas Pesquet.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité