ActualitésSociété

NÎMES La première église chrétienne de la ville au coeur d’une conférence

Vue générale de l’abside de l’église et des nombreuses sépultures présentes à l’intérieur Photo B. Thomas, Inrap).
Vue générale de l’abside de l’église et des nombreuses sépultures qui se trouvent à l’intérieur
(Photo B. Thomas, Inrap).

Le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement du Gard, dans le cadre de son 14ème Cycle de conférences "Urbanisme-Architecture-Habitat", propose un rendez-vous incontournable. Un point sera fait sur la découverte d’une église funéraire paléochrétienne à Nîmes.

La conférence sera introduite par Marc CELIE, archéologue INRAP et va passionner les amateurs de vestiges. Rappelez-vous... Comme quoi, l'archéologie préventive est souvent positive! Lors d'une fouille au sud-est de la gare de Nîmes entre fin décembre 2015 et avril 2016, les archéologues ont mis au jour des tombes de la fin de l'Antiquité (IIIème - début IVème siècles) sur 330 m².

Parmi elles, certaines présentent une mise en oeuvre peu habituelle dans notre région. Au sein de cette nécropole, une tombe privilégiée constituée de grandes dalles antiques, utilisées ici en remploi, paraît être à l'origine de la construction d'une église au début du Ve siècle.

Des clous qui devaient servir à fermer les sarcophages en bois (Photo Anthony Maurin).
Des clous qui devaient servir à fermer les sarcophages en bois (Photo Anthony Maurin).

La datation de l'édifice, qui demande encore à être peaufiné par diverses analyses, en fait le plus ancien lieu de culte chrétien découvert à Nîmes. Cette église abrite à partir du Vème siècle de nombreuses autres sépultures caractérisées par des sarcophages en pierre ou des inhumations d'enfants dans des coffres de tuiles ou des amphores. À l'extérieur de l'édifice on trouve un cimetière... C'est ce travail minutieux de récolte des données sur le terrain puis d'analyse - encore en cours - qui sera exposé.

Pour la présentation, trois cadors. Marie Rochette, Julie Grimaud et Benjamin Thomas. Ils sont tous trois archéologues à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et ont participé aux grands chantiers archéologiques conduits à Nîmes et ses environs depuis une dizaine d’années. Responsable scientifique d’opération, M. Rochette est archéologue médiéviste, Julie Grimaud est spécialiste des contextes funéraires et Benjamin Thomas, de l’Antiquité.

Découverte d'une église funéraire paléochrétienne à Nîmes, le jeudi 16 mars à 18h à la Maison du Département, 2, rue Guillemette, à Nîmes. Tous publics. Entrée libre salle accessible à tous.

Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement du Gard 29, rue Charlemagne 30000 Nîmes. Tél: 04.66.36.10.60 ou 06.62.36.58.58.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité