A la unePolitique

FAIT DU JOUR Les larmes et le combat de Richard Flandin (LR)

Richard Flandin, adjoint au maire de Nîmes et président de la SPL Agate/SAT. Photo : Coralie Mollaret.
Richard Flandin, adjoint au maire de Nîmes délégué aux Aménagements urbains, à la Voirie et à l'éclairage public. Il est aussi président de la SPL Agate/SAT. Photo : CM.

Le candidat LR-UDI aux Législatives a lancé sa campagne, jeudi soir, au côté de Jean-Paul Fournier, son « leader et repère ».

À Nîmes, Richard Flandin fait partie de ce que l’on peut appeler la « bande des trois ». Avec Richard Tibérino et Bernard Sérafino, ces anciens du RPR unis par « 25 ans d’amitié » surveillent les arrières du maire de Nîmes. « Jean-Paul »,  c’est le « boss », le « patron », le « chef », bref… Celui à qui, politiquement, ils doivent tout. Richard Flandin ne s’en cache pas. Sa candidature sur la 6ème circonscription, c’est grâce au maire de Nîmes et secrétaire départemental Les Républicains, qu’il la décrochée : « en février 2015, Jean-Paul m’a engueulé parce que, d’après lui, je ne montrai pas suffisamment ce que je souhaitais en politique. Je lui ai dit que je voulais partir aux Législatives. Il a accepté ».

Le protégé de Jean-Paul Fournier

Sa fidélité sans faille lui attire parfois quelques railleries. « Proche » de François Fillon et du « gaullisme social », Richard Flandin s’est rangé derrière la droite forte de Nicolas Sarkozy, à la primaire de la droite ! « Jean-Paul Fournier me l’a demandé (…) Je ferai n’importe quoi pour lui », justifie-t-il. Il faut dire que sa proximité avec l’édile lui est plus profitable qu’une posture nationale. En 2008, après son échec cuisant aux Municipales d’Arles, Richard Flandin rentre au bercail. Quatre ans plus tard, il est coopté par Jean-Paul Fournier à la tête de la SPL Agate/SAT, avant de se retrouver en position éligible sur sa liste des Municipales en 2014. Après la victoire, Richard Flandin devient adjoint aux aménagements. Sacré repêchage… Alors, quand le candidat évoque la longue absence du maire de Nîmes pour raison de santé, ce n’est pas sans émotion. Dans son discours de lancement de campagne, prononcé jeudi à Marguerittes, Richard Flandin laisse échapper quelques larmes : « Ton absence m’a déstabilisé. Il me manquait ce repère ».

Les sentiments laissent place au ton va-t-en-guerre d’un candidat en campagne. Le principal adversaire du Républicain est le député sortant, l’écologiste Christophe Cavard. « Ce monsieur est un caméléon », vilipende le maire UDI d’Uzès, Jean-Luc Chapon, « il est passé du PCF à EELV et, pour négocier son investiture, a rejoint le groupe du PS à l’Assemblée ». Richard Flandin cogne à son tour : « tous les maires que je rencontre ne l’on jamais vu ! ». Des propos appuyés par sa suppléante Marie-Michèle Alvaro, maire de Saint-Victor-des-Oules.

Depuis un an, le Républicain rencontre les maires, chefs d’entreprise et autres leaders d’opinion… Une méthode similaire à celle de son travail de dévelopeur chez Suez Environnement. Mais ce travail de coulisse ne suffira pas. S’adressant désormais aux électeurs, l’homme de droite promet de défendre « une France qui encourage les initiatives et qui protège plus qu’elle n’assiste ». Sans exemple précis, il fait du développement économique, son cheval de bataille : « nous devons anticiper les changements au lieu de les subir ». Et accorde une attention particulière aux séniors, qui représentent 26% de la population de la circonscription.

Le visage d’une droite unie

Enfin, Richard Flandin a un atout de taille. Dans la salle polyvalente où il lançait sa campagne, se mêlaient élus UDI et Républicains. Le maire de Marguerittes, William Portal, qui s’était opposé à Jean-Paul Fournier aux Départementales a fait le déplacement. Tout comme Yvan Lachaud, avec qui la guerre électorale est déclarée sur la 1ère circonscription. Ce visage d’une droite unie est « la clef de la victoire », reconnaît l'entourage du candidat, qui espère que cette circonscription ne devienne pas le prochain théâtre du conflit Fournier-Lachaud…

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “FAIT DU JOUR Les larmes et le combat de Richard Flandin (LR)”

  1. Si les LR envoient Plantier contre Thierry Procida, seul candidat légitime de la droite et du centre sur la 1er circonscription, alors l’UDI doit présenter un candidat ou une candidate sur la 6 contre Flandin qui fait mieux de s’occuper de l’état de la voirie à Nîmes plutôt que de pleurnicher ! Ils ne connaissent que cela, le rapport de force !

  2. l’homme de droite promet de défendre « une France qui encourage les initiatives et qui protège plus qu’elle n’assiste »
    ____________________________________

    Comme par exemple prendre « l’initiative » d’empocher 1 million d’€ en embauchant fictivement conjoint et enfants comme « assistants » … pour se « protéger » financièrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité