Actualités

NÎMES Au Salon Sésame, on s’ouvre vers un monde alternatif

Le salon Sésame a fait le plein dimanche au Parc des Expositions
Le salon Sésame a fait le plein dimanche au Parc des Expositions

Temple éphémère de la zénitude et du bien -être, le Salon Sésame soufflait ses vingt-cinq bougies au Parc des Expositions de Nîmes où les amateurs de bio, de bien-être, d'écohabitat et les curieux ont encore été nombreux à aller à la rencontre des deux cents exposants qui étalaient leurs trésors. Objectif Gard est allé y faire un tour pour vous. Suivez le guide...

Dimanche matin le vilain crachin breton qui plombait le ciel nîmois n'avait pas découragé les visiteurs. En témoigne la longue file qui s'étirait à l'entrée du Parc des Expositions. Un engouement populaire qui témoignait si besoin en était de l'intérêt grandissant des Français pour un mode de vie alternatif. En famille, seuls ou entre amis, les visiteurs étaient venus découvrir les nouveautés de cette 25e édition.

Dès dix heures on faisait la queue au guichet du Parc des Expositions (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Dès dix heures on faisait la queue au guichet du Parc des Expositions (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

« Cette année, pour la première fois nous avons ouvert un espace zen destiné aux différents praticiens afin qu'ils puissent faire découvrir leur technique in situ. », expliquait le chargé de communication de l'événement, Frédéric Suau, ravi de voir que le public avait répondu présent. « Pour la journée de lancement de vendredi nous avons connu un très bon démarrage. Samedi il y avait encore plus de monde et la queue au guichet s'étirait jusqu'au Parnasse. Avant même la journée de lundi, je pense qu'en terme de fréquentation nous arriverons à faire au moins aussi bien que l'an dernier où nous avions enregistré 11 400 entrées. »

Initié il y a un quart de siècle dans l'idée de proposer une alternative au quotidien dans les domaines du bien-être, de l'alimentation, de la psychologie et de l'environnement, le rendez-vous pouvait passer à l'époque pour un rassemblement de doux illuminés. Le bio n'en était qu'à ses balbutiements et dans l'industrie agroalimentaire, l'utilisation des pesticides, de produits phytosanitaire et des colorants de tous crins était encore la norme.

dsc_7177
Le petit Manoé et sa maman ont fait une pause à l'espace détente Arbre et conscience (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Mais ça c'était avant que n'éclatent des scandales sanitaires à répétition qui allaient amener à une prise de conscience des consommateurs et des usagers, désormais beaucoup plus attentifs et avertis qu'auparavant. Venue en famille depuis les Sainte-Marie de la Mer avec son fils Manoé et son mari, Delphine fait partie de ceux-là. « Je viens sur le salon depuis quatre ou cinq ans. Je viens acheter des fleurs de Bach. Ce sont des élixirs floraux à base de fleurs d'arbre et de fleurs sauvages. Elles soignent non pas la maladie, mais l'individu, en corrigeant ses émotions négatives. Je m'en sers pour moi, pour mes proches et pour mes animaux. Je regarde aussi les nouveautés et les bouquins et j'en profite pour retrouver sur place une amie nîmoise. C'est un rituel... », témoigne la souriante biologiste.

Au Centre de soin, on fait le plein d'énergie positive (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Au Centre de soin, on fait le plein d'énergie positive (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Arrivée de Millau dès potron-minet pour passer la journée dominicale au salon, Henriette y a retrouvé son compagnon Jean, accouru depuis Golfe Juan. L'ingambe septuagénaire s'intéresse pour sa part à tout ce qui a trait à l'habitat écologique : « On vient chaque année depuis sept ans. J'ai pris un rendez-vous téléphonique avec une mutuelle de santé qui rembourse les soins de médecine douce. Je me suis aussi renseignée sur les nouvelles techniques d'isolation et sur les nouveautés dans l'alimentation », livre cette adepte convaincue de l'alimentation "vegan". Moins passionné que son amie, Jean est surtout venu faire le plein de pommes de Camargue, son péché mignon.

Attrapes-rêves et coiffes indiennes ont rencontré un franc succès (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Attrapes-rêves et coiffes indiennes ont rencontré un franc succès (Photo Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Car dans cette caverne d'Ali Baba, il y en a pour tous et pour tous les goûts. Au détour des allées on croise ainsi un stand qui propose un appareillage buccal destiné à lutter contre le bruxisme (grincement de dents, NDR), le mal de dos, les tendinites, les tensions musculaires de la tête et même les acouphènes...Un peu plus loin, on vous propose des chaussures médicales pour combattre...la cellulite ! Un autre exposant promet de soulager vos douleurs en 5 minutes chrono grâce à un appareil de Mass'puncture, un néologisme né de l'association de massage et d'acupuncture. Y'a pas de mal a se faire du bien et l'essentiel c'est d'y croire !

C'est bien connu : il n'y a que la foi qui sauve. . .  Quoi qu'il en soit, le rendez-vous est déjà pris pour l'an prochain où, à n'en pas douter, ils seront encore plus nombreux à investir le dôme du parc des Expo...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité