A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Les sangliers, animaux non gratae

Les dégâts occasionnés par les sangliers sont aujourdhui plus que jamais visibles chez les particuliers en zone urbaine pou péri-urbaine Photo Anthony Maurin).
Les dégâts occasionnés par les sangliers sont aujourd'hui plus que jamais visibles chez les particuliers en zone urbaine ou péri-urbaine (Photo Anthony Maurin).

Le sanglier est un nuisible. Bien qu'animal totem dans de nombreuses sociétés, il pose de sacrés problèmes au département du Gard.  Un nouveau plan de lutte va concerner 68 communes du département.

Les sangliers causent de terribles dégâts. Des accidents de la route (3 décès et de multiples accidents en 2016) jusqu'aux désastres agricoles, en passant par les ravages opérés soigneusement dans les jardinets particuliers. Les Gardois ont conscience des enjeux autour de leur chasse.

Il faut dire que le sujet concerne tout le monde ou presque, plus seulement les agriculteurs! "J'habite ici depuis 14 ans et ça ne fait que 4 ans que je suis confrontée au problème. Les sangliers viennent jusque sur ma terrasse, me font peur quand je pars le matin tôt au travail et s'occupent de ma pelouse..." évoque Valérie Veyrunes, habitante du nord-est de Nîmes, en zone péri-urbaine. "Mais le problème est encore plus vaste! On voit des sangliers se balader en ville. Ils fouillent les poubelles, ils n'ont plus peur des klaxons et sont habitués à la présence de l'Homme" ajoute un lieutenant de Louveterie de Nîmes.

Alors il a fallu saisir le problème à bras-le-corps. Pour lutter efficacement contre la surpopulation des sangliers, l'État via le Préfet et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, met un place un nouveau plan d'action. Il y a 5 ans, on tuait 29000 sangliers dans le Gard. Aujourd'hui, nous en sommes à plus de 40000 et les problèmes ne sont pas résorbés, loin de là. Le Gard est le département de France où l'on tue le plus de sangliers...

Devant lentrée de la cage-piège, les lieutenant de Louveterie accompagnés par le Préfet Didier Lauga Photo Anthony Maurin).
Devant l'entrée de la cage-piège, les lieutenant de Louveterie accompagnés par le Préfet Didier Lauga (Photo Anthony Maurin).

Les coûts engendrés par les dégâts qu'ils occasionnaient en 2012 étaient alors évalués à 300000 euros, quand aujourd'hui ils avoisinent les 800000! D'ailleurs, le Gard est le deuxième département de France en la matière.  "Comme il n'y a pas suffisamment de glands, les sangliers s'attaquent à tout! Ils sont opportunistes et s'introduisent un peu partout. Actuellement, ils s'en prennent aux jeunes pousses des vignes" note un autre lieutenant.

Une population en constante augmentation et des dégâts qui explosent, il était temps de s'adapter à la situation. En étudiant le sujet, on se rend compte que 40 communes gardoises représentent plus de la moitié des dégâts agricoles dus à ces bestioles. En plus de la saison de chasse, qui n'est pas parvenue à réduire ces chiffres, battues, tirs de nuit et maintenant plus que jamais des cages pièges, sont à l'œuvre.

À la manière d'une grande nasse pour rongeur, le sanglier est agrainé non pas au fromage mais au maïs. Appâté par un tel repas, il pénètre dans cette caisse grillagée d'environ 10m² dont la porte se referme grâce à un système de contre-poids. Prisonnière, la bête ne souffre pas, ne se blesse pas et attend qu'on vienne s'occuper d'elle. "Ici, chez madame Veyrunes, nous avons capturé 15 sangliers en quelques mois!" poursuit le Lieutenant de Louveterie de Nîmes. Le coût d'une cage? Entre 300 et 1000 euros selon les dires.

Quelques grains de maïs, un mécanisme solide et un grillage bien arrimé Photo Anthony Maurin).
Quelques grains de maïs, un mécanisme solide et un grillage bien arrimé (Photo Anthony Maurin).

"Les 12 lieutenants de Louveterie du département font un travail formidable, ils sont bénévoles, experts en chasse et très compétents. Un vaste plan qui sera développé dans 68 communes devrait aider à réguler la population" lance Didier Lauga, le Préfet du Gard. Ségolène Royal, Ministre de l'Environnement, doit valider le 22 mars prochain cette opération complémentaire visant à intensifier les interventions administratives entre les 1er avril et 31 mai. Le Gard est un département pilote. La Vaunage, les garrigues de Lussan, les gorges du Gardon, le bois de Leins et le massif de Valliguières seront les cibles principales.

Avec en moyenne trois portées en deux ans, une laie donne naissance à près de 30 rejetons en quelques mois... Un cycle infernal que les Louvetier connaissent bien. "Nous sommes tous chasseurs car il faut un grain de folie. C'est une passion. Quand on sort la nuit, ou qu'on va chez des gens pour éloigner ou capturer les sangliers, tous les frais sont pour notre poche! Par exemple, afin de mettre en place cette cage, il a fallu que je prenne mon camion et ni le temps, ni le camion, ni l'essence ne me sont défrayés" affirme le troisième lieutenant qui ne dirait pas non à un coup de main financier salvateur.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “FAIT DU JOUR Les sangliers, animaux non gratae”

  1. Bravo pour tous ces efforts car c’est un véritable fléau pour les productions agricoles . C’est fabuleux que dans notre pays l’on arrive à créer une taxe (GEMAPI) pour la protection des milieux aquatiques et que l’on s’appuie simplement sur le volontariat pour proteger les citoyens et leur nourriture. Il serait temps de se rendre compte que l’homme en général et le paysan en particulier sont aussi une espece à proteger….

  2. je trouve vraiment penible cette cruelle obsession de l’homme pour la chasse. les animaux ont les memes droits que nous sur notre planete commune et il faut que nous apprenons a vivre tous en harmonie et en douceur. et non en peur. les animaux indigenes a nos lieux ne sont pas des ennemis mais nous les creons comme des fleaux a exterminer. c’est notre mental primitif. on trouvera toujours des excuses. il y a toujours une hisoires pour excuser la chasse et beaucoup de nous qui ont des animaux domestiques, chats et chiens ont peur pour leur vie quand les chasseurs occupent nos alentours. je n’ose meme pas laisser sortir nos chats, ni me promenant paisiblement sur a garrigue qui m’entoure. aussi quand ils n’ont plus besoin d’eux les chasseurs abandonnent ou laissent trainer leurs chiens, souvent des epagneuls bretons. en plus c’est menacant de toujours voir des hommes partout avec fusils. en plus on attend la fin de la saison de chasse, mais les chasseurs ont toujours des excuses pour la prolonger. Abolissions nous la chasse des que possible, et devenons nous des etres paisibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité