• Home »
  • Politique »
  • GARD L’écologiste Christian Dupraz : « La gare de Manduel va être une régression, une catastrophe »

GARD L’écologiste Christian Dupraz : « La gare de Manduel va être une régression, une catastrophe »

De gauche à droite : Sibylle Jannekeyn, Christian Dupraz et Dominique Andrieu-Bonnet. Photo Tony Duret / Objectif Gard

De gauche à droite : Sibylle Jannekeyn, Christian Dupraz et Dominique Andrieu-Bonnet. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le conseiller régional EELV, Christian Dupraz, et les candidates écologistes sur les 1ères et 6 èmes circonscriptions du Gard, Dominique Andrieu-Bonnet et Sibylle Jannekeyn, ont dénoncé le projet de la gare de Manduel.

« Cette gare va être une régression, une catastrophe », prévient d’emblée Christian Dupraz. Et pour ce conseiller régional, la région ne mettra pas la main à la poche : « Le plan de financement ne tient pas debout. La Région s’est retirée », indique-t-il dans un premier temps avant de préférer : « les investissements sont gelés ». Et le préfet du Gard, Didier Lauga, qui prétend tout l’inverse en répétant que la Région ne pourra plus revenir en arrière ? « Il prend ses rêves pour des réalités ».

Quant à Sibylle Jannekeyn, candidate aux élections législatives sur la 6ème circonscription, elle regrette que cette gare de Manduel « allonge les temps de transport ». Il faudra aussi, poursuit-elle, « un report vers la voiture car la gare de Nîmes-Feuchères n’est pas reliée à Manduel ». Elle y voit plusieurs autres inconvénients : un risque pour la défense des espèces protégées ; un autre pour les commerçants nîmois qui verront leur chiffre d’affaires baisser puisque « Nîmes ne sera plus attractive » ; ou encore le réseau Tango qui ne sera plus une priorité de l’agglomération occupée à rembourser ses dettes. Bref, rien de très optimiste. Et quand on découvre la vraie raison de tout ce chantier, révélée par Sybille Jannekeyn, on s’interroge encore : le projet économique Magna Porta ! « N’est-ce pas un alibi ?», interroge l’écologiste avant de conclure : « Ce serait un projet d’intérêt privé, un grand projet inutile ».

Partager