ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

01

Amis lecteurs, en cette année d'élections, nos indiscrétions vont s'avérer d'utilité publique ! 2017 marque également le retour de Charmag, notre dessinateur, qui croque chaque dimanche l'actualité Gardoise. Restez connectés. 

Fêtes votives, le dialogue de sourds ? Ce n’est pas le premier à s’y essayer. Déjà en son temps en 2012, le préfet du Gard Hugues Bousiges avait estimé que le nombre de fêtes votives dans le département était trop important. Non pas que l’ancien préfet n’aime pas faire la fête (quoique), mais ces fêtes mobilisent les forces de l’ordre et sont souvent un vrai casse-tête en termes de sécurité. Devant le tollé suscité, le préfet et les maires concernés finiront par calmer le jeu, sans résoudre le problème. Résultat : cinq ans après, et alors que depuis le plan Vigipirate est passé en écarlate et le pays en état d’urgence, le préfet Didier Lauga tient à peu près le même langage que son prédécesseur, et affirme souhaiter réfléchir à une diminution du nombre de jours de fêtes votives dans le Gard. Vive opposition des Jeunes de Provence et du Languedoc. Côté élus ? On se fait discrets, même si certains signes ne trompent pas. Ainsi, on apprenait cette semaine que la fête votive de Bagnols, la plus grande du département, repassait de 4 à 6 jours. Pour le préfet, c’est pas gagné…

Législatives : un duel salarié-patron… Sur la 5ème circonscription, la socialiste Nelly Frontanau bat campagne pour les Législatives, au même titre que le dissident et président du Département, Olivier Gaillard. Ce qu’on savait moins, c’est que cette même Nelly Frontanau est en CDI au Département, en tant que collaboratrice de groupe. Un poste dont elle s’est « mise en disponibilité » depuis qu’elle est devenue attachée parlementaire de William Dumas. Si elle perd en juin, Mme Frontanau devra retourner au Département, et faire face au président du groupe PS au Département… Un certain Olivier Gaillard. On imagine les retrouvailles !

Un pro-Macron tatillon… On reste sur la 5ème circo. Cette semaine, l’actualité politique a été marquée par l’entrée en campagne d’Olivier Gaillard. Le dissident socialiste, soutien d’Emmanuel Macron. Coordinateur de la grande marche, Xavier Bosc n’a pas manqué de réagir, apportant « sa » petite rectification. S’adressant à notre rédaction, il « demande de veiller à ne pas utiliser le terme ‘soutien de Macron’ qui peut laisser penser qu’Olivier Gaillard bénéficie d'une reconnaissance de la part du mouvement ou d'une légitimité qu'il n'a pas du tout obtenu à ce jour ». C’est exact. Pour l’heure Olivier Gaillard n’a pas décroché le graal que tant de politiques convoitent… Mais ce que Xavier Bosc dit moins, c’est que lui-aussi a demandé l’investiture d’En Marche. Ceci explique donc cela.

Un légiste à l'Assemblée Nationale. Non le docteur Mounir Benslima (à gauche sur la photo) n'a pas été appelé d'urgence suite à un crime au Palais Bourbon. Pour une fois le patron de l'Institut Médico-légal du CHU de Nîmes ne s'est pas déplacé avec son scalpel, mais à titre amical. Il était l'invité à Paris, lundi 13 mars, de son copain Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale (au centre de la photo). "Claude est un ami depuis 20 ans et j'avais promis de venir le voir durant son mandat. Comme il ne se représente pas aux prochaines législatives, j'ai profité d'une réunion à la capitale des médecins légistes pour venir le saluer", souligne le médecin gardois. Pour cette visite au quatrième personnage de l'Etat, le docteur Benslima était accompagné de son fils Alexandre.

benslima-assemblee-nationale

L’IP mystère. Connaissez vous le rapport entre Paul, Rocco, Jiji, Luc, Quid, Max, Blaise, Marc, Michel, Julie, Pipin, Seb et Flo ? Ils ont tous commenté au moins une fois un article sur Objectif Gard, et ils sont une seule et même personne. Car oui, l’adresse IP, cette sorte d’ADN pour informaticiens, a trahi cet assidu commentateur qui semble souffrir de troubles de la personnalité. Mais pourquoi donc commenter avec ce luxe de pseudonymes, nous demandez-vous ? Tout simplement car quelque soit son pseudonyme, notre mystérieux commentateur compulsif passe sa vie à faire la retape du Front national et de sa candidate aux présidentielles à base de « essayer Marine. Ce sera super ! (sic) », « La chance c’est d’avoir une Marine en 2017 », « Marine calmera les islamistes », on vous en passe et des meilleures, et par la magie des pseudos multiples, compte donner l’illusion d’une foule soutenant les idées frontistes dans nos commentaires. Fallait y penser. Et comme chez Objectif Gard, on est curieux, on a remonté le fil de cette fameuse adresse IP pour finir par tomber sur une multitude de personnes différentes, avec des opinions différentes, quasiment toujours sur la politique, signe que notre ami à identités multiples n’est pas seul à s’en servir. Une chose est sûre, elle renvoie géographiquement à Nîmes, sur un hôte réservé aux professionnels et organismes publics, et tous les commentaires sont postés pendant les horaires de bureau. On espère que c’est pendant les pauses.

La Maison de l'Europe boycotte le FN. Certainement animé de bonnes intentions, le Président de la maison de l'Europe de Nîmes, Frédéric Bourquin a pris l'initiative de contacter tous les candidats à la présidentielle afin de connaître leur(s) position(s) sur l'Europe. Tous ? En fait pas vraiment ! "Nous avons uniquement contacté les Socialistes, les Républicains, les Écologistes -même s'ils n'ont plus de candidats- et En marche. Des mouvements euroconstructeurs (sic) ", clarifiait le président Bourquin. Alors quid de Mélenchon et de Marine Le Pen ? Concernant le premier nommé, le même n'y est pas allé par quatre chemins : "Si c'est pour tout foutre par terre...", a-t-il laissé planer. Quant à la candidate du Front National, pas d’ambiguïté : la dame n'a pas été contactée...

Partager