NÎMES MÉTROPOLE Les agents mécontents s’organisent

cgt-logo

La coordination syndicale départementale CGT, le syndicat CGT de Nîmes et celui de la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole ont été interpellés par des agents techniques de la collecte des ordures ménagères de l’agglo.

Ils s’inquiètent après réception d’une lettre leur indiquant le non renouvellement de leur contrat, de la perte de leur emploi… La CGT tient à préciser quelques points. "Contrairement à ce qui est colporté, ces agents ne sont ni vacataires, ni saisonniers. Embauchés depuis près de six ans pour certains, ils exercent une mission de service public qui doit leur garantir un statut. Peut-on en effet parler d’accroissement temporaire d’activité lorsque les contrats sont régulièrement renouvelés chaque mois depuis six ans à temps complet la plupart du temps?" évoque le groupement syndical.

C’est pourtant bien la flexibilité qui aurait été imposée à ces agents. Une flexibilité invoquer au nom de la continuité du service public mais sans contrat durable. "Remplacement au pied levé, appel au dernier moment (5h du matin pour un départ immédiat), impossibilité de pouvoir poser des congés annuels paiement du salaire différé jusqu’à 50 jours après la mission ou encore aucun jour férié payé pour un montant moyen de 1400 euros brut… Ces agents méritent un peu plus de reconnaissance de leur mission reconnue par tous pénible et insalubre" poursuivent les syndicalistes.

Ces agents, reçus individuellement ont eu droit à des promesses d’emploi… Six mois supplémentaires sans aucune garantie de reconduction, des contrats de droit privé, de l’intérimaire, et un prolongement d’activité sur des postes dont les titulaires sont actuellement en maladie ou en invalidité.

"La sous-estimation des besoins de service permet le recours au secteur privé autant que nécessaire, faisant peser une pression supplémentaire sur les personnels. La CGT a orienté en urgence certains agents vers un avocat pour la reconnaissance de leurs droits. Des recours sont en cours et vont donner lieu à une saisine du tribunal" affirment les syndicalistes.

Les acteurs publics-privés de la filière «collecte et traitement des déchets» sont appelés à se mobiliser à l’occasion de la journée confédérale Industrie et Services publics du mardi 21 mars.

Partager