GARD Dernière ligne droite pour la ruralité gardoise

Les signataires du vaste contrat de ruralité Contrat Ruralité Pays Garrigues et Costières de Nîmes (Photo Anthony Maurin)

Les signataires du vaste contrat de ruralité Contrat Ruralité Pays Garrigues et Costières de Nîmes (Photo Anthony Maurin)

C'est fait, le territoire Pays Garrigues et Costières de Nîmes a signé son contrat de ruralité qui lie ce secteur à l'Etat, aux Conseils régional et départemental ainsi qu'à la Caisse des Dépôts et Consignations.

Ça, c'est un contrat! 44 communes signataires allant de Saint-Géniès-de-Malgoirès à Saint-Gilles en passant par Beaucaire ou Bellegarde et Nîmes. Près de 300000 gardois représentés au sein de cette zone géographique, rien que ça. Un rapprochement qui doit servir à améliorer les démarches de subvention visant des projets "signifiants" pour ce territoire.

La mise en oeuvre d'un tel projet à l'échelle d'un bassin de vie tout en fédérant l'ensemble des acteurs institutionnels, économiques et associatifs est une première. Ce contrat aspire naturellement à améliorer la qualité de vie, la cohésion sociale et l'attractivité du territoire rural en jeu. Accès aux services, aux équipements et aux soins; revitalisation des bourgs-centres; développement et attractivité du territoire; mobilité durable et innovation numérique; transition écologique et énergétique; cohésion sociale, emploi et formation sont les enjeux de ces contrats dédiés à la ruralité.

Après les signatures des contrats de politique de la Ville ou de renouvellements urbain, la ruralité est enfin mise sur le devant de la scène. "C'est la fin d'un long chemin mais il nous reste encore deux contrats à signer. On m'enferme dans quelques jours et j'aurais aimé les signer en public..." lance Didier Lauga, Préfet du Gard qui entrera dès la fin de la semaine dans son devoir de réserve en vue des échéances électorales.

Il faudra signer les contrats de ruralité pour les deux territoires manquants encore à l'appel (Gard Rhodanien et Pays Vidourle Camargue) avant le 31 mars prochain... Mais celui du jour est peut-être le plus gros de tous, pas forcément le plus important mais voir une telle unanimité en ces temps électoraux ne peut que faire plaisir. "C'est notre quatrième contrat signé mais nous avons tout fait pour en arriver là! Ce contrat est original et lourd car il faut noter que le Gard compte 13% de chômage et environ 30000 personnes aux minimas sociaux. Nous avons besoin d'investir et de mutualiser nos moyens" affirme quant à lui Denis Bouad, le Président du Conseil départemental du Gard.

Logiquement, cette zone porteuse de sens, située au coeur du département, est cruciale dans le développement économique et social du Gard. Pour Juan Martinez, Président de la Communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence, "Nous étions en retard mais nos services sont parvenus à faire un excellent travail si bien que nous organisons notre premier Comité de Pilotage le 31 mars prochain. Nous y annoncerons des projets qui vont se réaliser rapidement". Là aussi, logique... Au programme des investissements, deux maisons médicales pour absorber le manque de médecins qui fait défaut au territoire. "À Beaucaire, il y a quatre médecins en moins, à Bellegarde, deux et Vallabrègues vient de perdre son unique docteur..." poursuit le Président Martinez qui annonce aussi la revitalisation des bourgs-centres.

Du côté de l'agglomération nîmoise, on songe déjà à des projets à Fons ou à Poulx, "Mais d'autres suivront très prochainement! " annonce Joseph Artal, délégué à l'agriculture pour le compte de Nîmes Métropole. L'essentiel dans la démarche de ces signatures, outre la formalisation des demandes de subventions, c'est surtout l'identification en Région. "Et oui, avec une Région à 13 départements, il faut être visible!" avoue Denis Bouad.

Ainsi, pour mieux coordonner les moyens techniques, humains et financiers et pour accompagner au mieux la mise en oeuvre d'un projet de territoire qui s'étalera sur les trois ou quatre prochaines années, ces contrats sont primordiaux... Notre département pouvait espérer 6 signatures et n'en a pour le moment que 4. "4/6 en Région, c'est un très bon score!" assure Denis Bouad. Espérons que les deux qui manquent encore à l'appel les signent avant la date fatidique... "Je suis optimiste, vu d'ici, il n'y a pas d'obstacle et le 31 mars est encore loin!" conclut le Préfet Lauga.

Partager