Culture

VENDREDI CULTURE Préhistorama, le musée qui redonne vie à nos ancêtres

Un mammouth reconstitué grandeur nature. EL/OG
Un mammouth grandeur nature, 3,60 m au garot. EL/OG

Installé à Rousson depuis 1996, le Préhistorama propose un voyage dans le temps depuis l’apparition de la vie sur Terre jusqu’à l'Homme moderne. Un espace vivant qui accueille entre 10 et 12 000 visiteurs par an.

1000 fossiles, 36 vitrines de reconstitution grandeur nature, le musée de la Préhistoire de Rousson est un "outil de vulgarisation scientifique destiné à un large public". Durant 1h30 de visite, le curieux  y découvre l'évolution de l'Homme et sa complexité. "On présente les faits, on précise quand on parle d'hypothèses", commente Yannick Maire, adjoint au patrimoine.  Lieu pédagogique, le Préhistorama propose également tout au long de l'année des ateliers pour les scolaires. Objectifs : reproduire des gestes de nos ancêtres, et repartir avec un souvenir, que ce soit une poterie, une gravure sur argile, un collier, un dessin ou un sac en toile de jute.

Dans lopenspace, le musée mêle exposition et jeux pour enfants. EL/OG
Dans l'open space, le musée mêle exposition et jeux pour enfants. EL/OG

Si le Préhistorama accueille chaque année entre 10 000 et 12 000 personnes, il a vocation à en atteindre 15 000. Pour ce faire, il travaille régulièrement sur de nouvelles animations pour le grand public, à l'instar des dernières vacances scolaires, sur le mammouth et l'ours des cavernes. "On explique l'animal et son mode de vie, on va le voir en grandeur nature, puis on me dessine", explique Mélanie Garcia. Autre action : un cycle de conférences organisé par les Amis du Préhistorama. Prochaines dates le 27 mars (voyage au Groenland) et le 24 avril (Ecosystèmes profonds).

De nouvelles opportunités ?

2017 devrait être une année de transition pour le Préhistorama. Avec la fusion des intercommunalités, le musée dépend - non plus de Vivre en Cévennes - mais d'Alès Agglo. "On ne sait pas encore quels projets seront mis en place par l'institution,  mais les opportunités seront différentes et on aura une diffusion plus vaste. Déjà lors de la dernière conférence, on a fait un carton plein sans beaucoup d'habitués", constatent les responsables.

 

 

 

 

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité