ActualitésSociété

VAUVERT La sélection et l’apprentissage, les clé de la tauromachie

SOus le fer du picador, le macho doit prouver sa valeur Avec les rameaux d'olivier, la tienta de macho est traditionnelle et peu ouverte au public (Photo Anthony Maurin)
Sous le fer du picador, le macho doit prouver sa valeur. Avec les rameaux d'olivier, la tienta de machos est traditionnelle et peu ouverte au public (Photo Anthony Maurin).

Le Printemps des Jeunes Aficionados se déroulera aux arènes Jean Brunel. Après l'annulation des festivités du jour, place à d'autres animations "pratiques" qui font découvrir les débuts du parcours de matador de toros. Entrées gratuites.

Le but de l'annulation est de préserver l'intégrité de la piste afin de pouvoir tenter le diable ce dimanche. Le marché artisanal taurin aura lieu tout au long de la journée mais en matinée, dès 11h, aura lieu un abrivado. Aux arènes, les sorteos de la novillada et de la tienta de 3 machos seront tirés. Un moment habituellement fermé au public, un instant de rites et de traditions, de rires et de larmes qu'il ne faut pas manquer.

Parlons un peu toros. Les machos, jeunes mâles qui seront testés à 11h30 et viendront d'élevages naturellement français. A la clé, une homogénéité de race Santa Coloma au cartel. François André, Granier et Turquay sont trois ganaderias que l'on voit peu dans les grandes arènes mais qui valent pourtant le coup d'oeil. Leurs petits toros testés seront potentiellement choisis pour devenir des reproducteurs et assurer à leur lignée une longue pérennité. Face à eux, l'ancien Patrick Varin, le Nîmois Tibo Garcia et le quasi Tyrossais Baptiste Cissé. La sagesse, l'envie et la fougue, un triptyque fort sympathique que le picador Gabin Rehabi rehaussera d'intérêt.

La pause méridienne est prévue à 12h30 avec le traditionnel apéritif avec tapas.

A 16h, si tout va bien, les choses se corsent avec la novillada sans picador des 4 erales de la ganaderia Turquay. Les jeunes apprentis qui seront opposés aux petits cornus sont des gens du cru. Le premier a connu une belle année 2016 lors de ses débuts dans la catégorie. El Rafi propose quelques dispositions intéressantes et comme à cet âge-là le toreo mûrit comme le bonhomme, l'hiver a dû lui être profitable. Pour lui donner le change, comptez bien sur le jeune Solalito qui débarque et qui promet d'être un phénomène. Élégante et sobre, sa tauromachie est appréciée. On sait à quel point le rôle de maletilla est ingrats, ça fait du bien de le voir se hisser au niveau, suerte. Le sobresaliente ou remplaçant de la novillada sera Adam Samira et le trophée du meilleur novillero mis en jeu (offert par les Clubs Taurins Paul Ricard) comptera pour le Trophée Occitanie.

A 17h30, pour revenir en Camargue, bandido. Dans la foulée et vu qu'on y est, Corentin Carpentier et le député héraultais Patrick Vignal ont écris à la Ministre de la Culture Audrey Azoulay pour demander l'inscription de la Course camarguaise au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. "A l'heure où nos traditions sont régulièrement menacées, c'est une mesure forte qui doit nous permettre d'inscrire cette discipline séculaire et indissociable de la vie de nos villes et villages dans l'histoire de l'humanité! Encore et toujours, je continuerai de me battre pour défendre l'identité de notre territoire" affirme le Président Carpentier de l'Union des Jeunes de Provence et du Languedoc pour la défense de nos traditions.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité