ActualitésSociété

VERGEZE La Feria du Rhôny, c’est parti!

La fougue du novillo de Tardieu et la quiétude pressée dAdrien Salenc (Photo Anthony Maurin).
Adrien Salenc ici à Saint-Gilles (Photo Anthony Maurin).

La Feria du Rhôny approche et le cartel principal donne envie d'aller du côté de la cité des bulles le week-end prochain. Une novillada dominicale très intéressante qui verra les débuts en "piquée" d'un certain Galo.

Il fut un temps, pas si lointain que cela, la feria de Vergèze, celle du Rhôny pour les intimes, avait droit au paseo d'une corrida formelle. Aujourd'hui, la corrida est remplacée par une novillada piquée qui reste malgré tout très attractive.

Il faut bien dire que la novillada demeure la catégorie ultime pour découvrir les talents taurins de demain. Des futures stars de la tauromachie, tantôt françaises tantôt étrangères, qui se livrent pleinement et qui entretiennent la flamme de l'aficion par une envie exacerbée et une technique friable. Mais avant cela, le samedi aura lieu un bolsin international dont la finale se tiendra le dimanche 2 avril à 10h30. Comme nous sommes à Vergèze et que l'esplanade des arènes laisse la part belle à la rêverie ombragée, les visiteurs pourront retrouver dès 12h30 des animations sur le campo de feria qui fait face aux arènes.

Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).

C'est donc à 16h que le paseo de la grande novillada sera lancé. Une course de six novillos (toros de trois ans) issus de la ganadería Jalabert Frères et qui promettent de belles choses. Des novillos de qualité, braves et nobles, agiles et pas très faiblards, juste de quoi faire briller les hommes et peut-être les faire sortir en triomphe. D'excellents collaborateurs qui vendent chèrement leur cuir.

Face à ces cornus, un certain Miguel Ángel  Pacheco officiera en chef de lidia, pour montrer la voie aux deux autres, moins anciens dans la catégorie. Le premier, un Nîmois de 20 ans n'est autre qu'Adrien Salenc. Le petit est quasi prêt, il peaufine recours techniques et connaissances des toros, honnêtement, il est dans les starting-blocks et va courir très vite la course de sa vie. Ses débuts en piquée à Captieux sont effectifs depuis juin 2016 et laissent augurer un avenir ensoleillé. Pour en finir avec ce cartel international, El Galo, qui comme son nom l'indique a quelque souche sanguine franchouillarde, sera le troisième du trio juvénile. Fils du maestro Lagravère (Michel), frère d'un autre maestro Lagravère (Michelito), le plus jeune de l'histoire de la tauromachie, André, est la dernière pépite de la longue lignée torera. Pour Vergèze, il débutera en novillada piquée. À son aise dans tous les domaines, il y a fort à parier qu'on le retrouvera dans un futur prochain intégré aux plus grands cartels des arènes de première catégorie.

Renseignements au 04.66.35.31.85.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité