A la uneActualitésSociété

TOROS El Rafi remporte le 24ème Trophée Nimeño II

El Rafi, vainqueur du 24ème trophée Nimeño II Photo Anthony Maurin).
El Rafi, vainqueur du 24ème trophée Nimeño II (Photo Anthony Maurin).

Rendez-vous en Terre d'Aficion, la manifestation taurine nîmoise de ce début de saison, s'achevait avec le 24ème Trophée Nimeño II. Une novillada sans picador voyait un lot de Los Galos (vuelta al ruedo pour le dernier) combattu par Alvaro Seseña (silence et vuelta), El Pere (oreille et vuelta) et El Rafi (2 oreilles et 2 oreilles) qui remporte le prix.

Face à un bon mais inégal lot de Los Galos (Marie Sara), les jeunes apprentis toreros ont fait honneur à leur catégorie. Pour cette ultime animation de l'opération Rendez-vous en Terre d'Aficion, le public a une nouvelle fois répondu présent.

Alvaro Seseña sur une naturelle Photo Anthony Maurin).
Alvaro Seseña sur une naturelle (Photo Anthony Maurin).

Premier en piste, Alvaro Seseña. Le Madrilène ne pourra pas faire grand chose avec son premier qui ne répond guère aux sollicitations espagnoles. Quelques séries droitières intéressantes mais ses nombreux essais aux aciers lui ôteront l'espoir du mouchoir blanc qui offre une oreille. Sur son second il se montrera nettement plus à son avantage et saluera le public. Inspiré au capote, il réglera vite la mire et dessinera de belles séries sur le sable d'une arène encore inconnue. Début de faena genoux à terre, l'Espagnol montre un savoir-faire mais ne transcende pas les étagères chauffées par un soleil quasi estival. Le Madrilène se fait prendre sans gravité, offre des sensations et poursuit sa route qui sera certainement longue dans le milieu.

El Pere, le Nîmois très bien à droit (Photo Anthony Maurin).
El Pere, le Nîmois, très bien à droit (Photo Anthony Maurin).

Le deuxième à s'élancer sur la piste de l'amphithéâtre n'est autre que Geoffrey Chastel "El Pere", Nîmois et élève du Centre Français de Tauromachie. Encore frais dans la catégorie, son ambition est visible et son toreo ne demande qu'à être poli. Plutôt excellent à la cape où il laissera entrevoir de belles aptitudes, El Pere poursuivra son effort. Petit à petit, l'alchimie se produit et le jeune parvient à déceler les qualités de son opposant. Il les exploite en le laissant respirer intelligemment de temps en temps. La main est basse, les lignes sont voluptueuses et si l'épée avait été plus précise dès le premier envoi... Oreille quand même.

Les deux Nîmois réservaient quelques surprises sympathiques aux gradins enjoués (Photo Anthony Maurin).
Les deux Nîmois réservaient quelques surprises sympathiques aux gradins enjoués (Photo Anthony Maurin).

Sur son second, le jeune prouvera que sa place au cartel n'est en rien usurpée. Au capote il développera une thématique des plus plaisantes et se laissera grisé par un le beau geste. Il accueille El Rafi pour une séance en duo fort sympathique. C'est ce que veut voir le public, de la compétition saine et une franche camaraderie! Avec la muleta, là encore il se montrera brillant aussi bien à droite qu'à gauche mais sera maladroit voire gauche aux aciers. Dommage pour la sortie en triomphe, l'honneur est sauf et le rêve est réalisé avec panache. Vuelta.

El Rafi a raflé le 24ème Trophée Nimeño II (Photo Anthony Maurin).
El Rafi a raflé le 24ème Trophée Nimeño II (Photo Anthony Maurin).

Autre Nîmois, Rafael Raucoule "El Rafi", lui aussi issu du Centre Français de Tauromachie, était le troisième à partager l'affiche. Après sa prestation de l'année dernière, le jeune revient à la charge et dès le début il veut marquer les esprits. Il reçoit son adversaire à genoux, reste suave au capote malgré l'enjeu et banderille son novillo. Muleta en mains, il passera de la droite à la gauche sans le moindre problème et savourera le moment. Deux oreilles.

Rafael Raucoule, élève nîmois du CFT coupe quatre oreilles dans ses arènes (Photo Anthony Maurin).
Rafael Raucoule, élève nîmois du CFT coupe quatre oreilles dans ses arènes (Photo Anthony Maurin).

Sur son second, le Nîmois sortira les crocs et continuera sa démonstration. Comme tout à l'heure, il est discret avec la cape et se refait la cerise aux banderilles, instant toujours apprécié des gradins. Les genoux au sol en entame de faena, le novillero à l'air de se sentir bien chez lui et avec un excellent sparring-partner. Le plaisir est là, il est communicatif tout comme la tauromachie proposée qui est finalement des plus variées pour la catégorie. Les deux mouchoirs tombent vite accompagnés par le bleu qui signifie le tour de piste posthume pour un novillo de haute lignée.

Le prix est remis logiquement à El Rafi qui sort avec ses quatre oreilles par la Porte des Consuls de ses arènes. Une première, peut-être pas une dernière...

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité