ActualitésSociété

FERIA D’ARLES La bonne adresse des passionnés

(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).

A l’Auberge Espagnole, rue du 4 septembre, les passionnés de l’univers tauromachique en auront pour leur compte. Visite obligatoire.

En feria, on a l’habitude de faire un tour, d’errer et de flâner à travers les ruelles des cités en fête. Arles, comme Nîmes, détient fièrement quelques secrets dissimulés que l’Auberge Espagnole met en valeur aux yeux de tous.

Très taurine, la boutique qui n’en est pas une fait office de bureau des renseignements pour le péquin lambda. Les badauds et curieux peuvent s’y presser, ils seront conseillés et avertis des nouveautés et des articles incontournables afin de partir à la découverte de ce monde un peu spécial et très codifié.

A l’Auberge Espagnole on trouve des faïences décoratives, de tasses pour boire tranquillement et au son des clarines son thé ou son café, des assiettes pour accueillir délicatement l’apéro du midi… Mais on trouve aussi quelques expositions. La première est celle du lauréat du concours 2016 réservé aux mineurs. Faustine Bellmunt décroche le pompon et fournit un travail intéressant, un peu en décalage de celui vu et revu des professionnels. En face, la lauréate du concours organisé pour les adultes de moins de 25 ans. Histoire de renouveler les générations, c’est Saskia Matic qui est primée avec panache et qui suggère sa vision de la tauromachie.

(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).

Autre exposition, et pas des moindres, celle de Michel Volle. Monsieur de la photographie taurine, plusieurs niveaux de lecture, plusieurs étages et des dizaines d’œuvres originales couvrent l’essentiel de la carrière du maestro Enrique Ponce. De 1988 et un premier portrait enfantin de la star du toreo à Valencia jusqu’au fabuleux rendez-vous d’Istres où il a toréé un toro en smoking, Ponce est omniprésent. C’est dans ces moments que l’on se rend compte de la longévité et de la classe du bonhomme.

Enfin, et c’est quand même le gros de l’affaire de l’Auberge Espagnole, son rayonnage culturel et littéraire est exceptionnel. Des livres en veux-tu en voilà! Par centaines, toutes les références sont représentées, des plus humbles aux plus connues. Il y a même des DVDs! En fait, comme il y a des centaines d'articles, toutes les bourses s'y retrouvent. Si vous voulez trouver votre bonheur, n’hésitez pas trop et allez faire un tour à l’Auberge!

(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité