A la uneFaits Divers

NÎMES Chien pendu: le propriétaire de l’animal confondu par son ADN laissé sur la laisse

policenationale-voiture-nimes

photo illustration B.DLC/ Objectif Gard

 

Le maître du chien a avoué la pendaison

Plusieurs personnes ont été interpellées hier dans le cadre de l'affaire du chien retrouvé pendu quartier Puech-du-Teil à Nîmes le 1er février dernier. Rapidement, un homme a avoué être l'auteur de cet acte horrible. Il s'agit du propriétaire de l'animal, un homme âgé de 28 ans déjà connu de la justice pour d'autres infractions et notamment un dossier de violence sur sa compagne. Le propriétaire du chien était fiché, les traces ADN laissées sur la laisse de l'animal ont permis de le confondre. C'est le groupe d'appui judiciaire dirigé par la commissaire Palpacuer qui a procédé à l'enquête. Les autres personnes interpellées ont été relâchées jeudi.

L'animal était vivant lorsqu'il a été accroché au poteau

Durant sa garde à vue, l'individu incriminé aurait émis des regrets. Il a expliqué qu'il ne savait plus quoi faire avec son chien, un molosse qui devenait selon lui méchant. Il aurait raconté devant les enquêteurs qu'il craignait que l'animal ne morde un enfant. Reste à savoir pourquoi il a décidé de tuer son chien dans des conditions de souffrance extrême? L'autopsie de l'animal a prouvé qu'il était vivant au moment où il a été accroché au poteau. Il est mort de cet étranglement selon les résultats de la nécropsie réalisée par un vétérinaire.

Jugé mardi en comparution immédiate

Le parquet de Nîmes a décidé de poursuivre l'auteur des violences en comparution immédiate. Le propriétaire de l'animal sera donc jugé mardi matin par le tribunal correctionnel de Nîmes. Le substitut du procureur a demandé et obtenu l'incarcération provisoire de cet homme.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “NÎMES Chien pendu: le propriétaire de l’animal confondu par son ADN laissé sur la laisse”

  1. Et en espérant que la justice tienne compte de l’horreur de ce geste et que les animaux ressentent la même souffrance que nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close