A la uneActualitésPolitique

LÉGISLATIVES Julien Plantier dénonce la « trahison » de l’UDI

Dissident Les Républicains sur la première circonscription pour les Législatives, Julien Plantier défend bec et ongle sa candidature. (Photo : Anthony Maurin)
Au vue de la pagaille générale qui secoue actuellement les partis traditionnels, le candidat dissident Les Républicain essaie de tirer son épingle du jeu, sur la première circonscription. (Photo : droits réservés)

En campagne, le dissident Les Républicains sur la première circonscription dénonce les positions des leaders nationaux UDI : Jean-Christophe Lagarde et Jean-Louis Borloo.

À gauche comme à droite, les partis traditionnels sont à l’épreuve d’Emmanuel Macron. Après l'échec de François Fillon à la Présidentielle, l’UDI et Les Républicains ont mis le cap sur le « troisième tour » que sont les Législatives. Seulement tous les membres de la droite et du centre ne semblent pas sur la même longueur d’ondes…

Cohabitation contre coalition ?

Chez Les Républicains, on veut la revanche ! Se refaire ! Comprenez : l’élection d’un maximum de députés (la majorité absolue étant de 289 parlementaires) pour imposer une cohabitation. Dans cette Présidentielle à surprises, la Droite espère une nouvelle péripétie, lui permettant de récupérer le pouvoir.

La cohabitation, la Ve République l'a connu à trois reprises : Mitterand-Chirac (86-88) ; Mitterand-Balladur (93-95) et Chirac-Jospin (97 à 2002). « Dans ce cas de figure, nous incarnerons la vraie alternance. Sinon, nous serons fermes, dans une opposition sans concession », plaide Julien Plantier. Ce type d’alternance permet au Premier ministre (issu de la majorité de l’Assemblée Nationale) et à son gouvernement de gérer les affaires du pays. Le Président, lui, est cantonné à ses fonctions régaliennes et à son rôle de représentation de la France.

L'option de la cohabitation n'est pas défendue par tous les membres de l'UDI. Ne croyant visiblement pas au scénario de la majorité absolue, le président national UDI Jean-Christophe Lagarde a déclaré au Figaro : « Si les Français choisissent de ne pas dégager de majorité claire, il faudra quand même gouverner la France, en formant une coalition ».

Quelques jours plus tard, c’est le co-fondateur de l'UDI Jean-Louis Borloo, qui défend l’idée d’une « coalition dans l’action », dans le JDD. La coalition, une union entre plusieurs partis politiques pour gouverner ensemble, comme c’est le cas en Allemagne ou en Italie. Pour le Nîmois et candidat dissident sur la première circonscription, il s'agit ni plus ni moins d'une « trahison ».

Tirer les marrons du feu

« Pour une fois, l’UDI ne prend plus de gants et annonce son intention de trahir les électeurs », poursuit Julien Plantier. Le trentenaire voit ici, une nouvelle occasion de discréditer son adversaire Thierry Procida. Le conseiller départemental UDI qui, lui, a officiellement été investi par l’UDI-Les Républicains, sur la première circonscription, dans le cadre d’un accord national. Seulement, il soutient : « avec moi, il n’y aura aucune ambiguïté sur l’alternance ou l’opposition au lendemain des élections Législatives ». Dans cette pagaille générale, Julien Plantier aimerait bien tirer les marrons du feu…

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “LÉGISLATIVES Julien Plantier dénonce la « trahison » de l’UDI”

  1. Quant on veut être élu, en general, on veut rassembler plutôt que de d’exclure les uns ou les autres… pas sûr que le vrai but de Plantier soit d’être élu, mais plutôt qu’un autre… Procida, ne le soit pas. La politique dans ce qu’elle a de plus grand.

  2. Planter Plantier, une urgence absolue !
    Un internaute habitué de ce site posait la question de savoir quel est le statut professionnel de Monsieur Plantier qui n’est pas enseignant chercheur puisqu’il n’a pas été qualifié par le Conseil National des Universités.
    Si quelqu’un connaît la réponse…
    Il faut chasser le flou dans l’époque actuelle !
    Il est bien évident que le seul candidat légitime de la droite et du centre aux prochaines législatives est Monsieur Procida.
    J. Plantier commence à utiliser les mots favoris du FN, un futur Dupont-Aignan ?

  3. Procès d’intention, invective et mauvaise foi… un vrai coktail politique à l’ancienne digne du FN ! Elle est belle la nouvelle génération de politique

  4. Mais que pense Plantier de Messieurs Bertrand, Le Maire ou encore Apparu qui ont affirmé être disponible pour gouverner AVEC macron ?
    Allez Julien, retournez à votre mariage et laissez gagner la droite plutôt que de polluer le débat de la sorte.

  5. Encore un mort de faim piloté par Fournier
    Il parle de trahison ? Qu’il respecte d’abord le choix de son parti qui a décidé de ne pas l’investir.
    Niveau trahison, les Fournier, plantier etc c’est du lourd.

  6. c’est une marionnette de Fournier ce Plantier. Un LR dans toute sa splendeur que les gens ne veulent plus. Il n’a pas de métier si ce n’est de la politique alimentaire , c’est à dire il ne sait rien faire. Mais surtout qu’il se présente il va prendre une déculottée.

  7. La machine à perdre des Républicains de la mairie de Nîmes.

    Fin de carrière politique pour Plantier quand il aura fait 4%

    A part dans midi libre ou objectif gard, ici à Beaucaire personne ne le connait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité