Faits Divers

GARD Il frappe et menace d’un couteau sa petite amie à la gendarmerie

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).
Le palais de justice de Nîmes/ Objectif Gard

 

Un homme de 22 ans a été condamné jeudi après-midi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 2 mois de prison ferme. Il reste en détention. Il a violemment frappé sa compagne dans un appartement d'une caserne de gendarmerie du Gard. La jeune victime est gendarme adjoint volontaire et titulaire d'un appartement de fonction. Elle a été frappée à la tête, menacée d'un couteau et elle bénéficie de 5 jours d'ITT.

Il n'a pas supporté la rupture amoureuse. "Au départ il s'agit d'une affaire d'une banalité affligeante de séparation qui se passe mal. Mais là, la situation va totalement dégénérer, avec des violences importantes sur une jeune femme, sa compagne, qui est gendarme adjoint volontaire dans une enceinte militaire", affirme le vice-procureur Arnaud Massip qui réclame une année de prison en partie assortie d'une mise à l'épreuve obligeant le prévenu à se soigner, à ne plus rentrer en contact avec la gendarme et à quitter le département du Gard. Cet homme de 21 ans, originaire du Nord comme celle qui a accompagné sa vie depuis quelques années, serait devenu fou lorsque cette dernière lui a annoncé la rupture le lundi 1er mai. "Elle a reçu des coups dans la jambe, à la tête, vous l'avez envoyée au sol, vous êtes monté sur elle pour la bloquer", résume le président du tribunal correctionnel de Nîmes, Jean-Pierre Bandiera. La victime est parvenue à appeler à l'aide ses collèges qui étaient dans les logements d'à côté. Lorsqu'ils sont arrivés sur place, ils ont trouvé un homme, vous, armé d'un couteau. Et là encore il va y avoir des violences", poursuit le magistrat. Une altercation mouvementée va survenir devant les familles des militaires apeurées. Un gendarme complète: "aujourd'hui encore une psychologue est venue car nos proches ont été traumatisés", souligne le militaire.

"Je suis désolé, je sais maintenant que notre histoire est terminée. Je l'ai repoussée, mais je ne l'ai pas frappée, elle est tombée toute seule", explique les larmes aux yeux le prévenu, en détention provisoire depuis lundi. "Votre comportement ce jour-là et aujourd'hui est un comportement lâche et consternant, sans parler de la dangerosité, souligne Me Magalie Fiol pour les gendarmes. Cette jeune femme, ne souhaite qu'une seule chose: devenir gendarme. Elle se forge un avenir professionnel. Depuis des années, avec vous, elle vit l'inverse de l'amour. Sans rancune ou désir de vengeance, elle vous demande de la laisser tranquille", complète l'avocate Nîmoise.

"C'est un homme totalement désespéré, ils se connaissent depuis l'enfance. Pour lui, la vie sans elle n'était pas envisageable", nuance le conseil du prévenu, Me Anne-Sophie Turmel. Le tribunal correctionnel de Nîmes a prononcé une sanction de 6 mois de prison dont 4 mois avec un sursis. Le nordiste reste en détention pour purger sa peine.

Boris De la Cruz

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité