A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Les Crocos à l’assaut de l’ultime espoir

Les Crocos sen vont en guerre et tenteront daccrocher un RC Lens bien installé sur le podium de la Ligue 2 Photo Archives Anthony Maurin).
Les Crocos doivent garder le rythme (Photo Archives Anthony Maurin).

Pour le compte de la 36ème journée de Ligue 2, le Nîmes Olympique se déplace à Brest ce samedi à 15h. Avant le début de la journée, les Crocos étaient sixièmes avec 55 points et les Brestois pointaient à la deuxième place avec quatre points de plus que les Nîmois. Un match décisif de plus.

Alors que BeIn Sports avait l'insigne honneur ou l'immense chance d'être "en immersion" avec les Crocos avant ce déplacement brestois, le Nîmes Olympique s'apprêtait à vivre un moment fort de son histoire.

Si les Crocos ne reviennent pas du Finistère avec trois points dans leur escarcelle, les rêveries seront définitivement finies... Bernard Blaquart, entraîneur du Nîmes Olympique l'affirme, "Si on veut continuer d'espérer, il faut la victoire, on va à Brest dans cet état d'esprit. Nous n'avons pas grand chose à perdre et tout à gagner car nous ne sommes pas dans la meilleure position mais comme la Ligue 2 est resserrée, il faut enfoncer les portes, le passage est obstrué".

Forcément, après la terrible défaite subie aux Costières, les lueurs de la Ligue 1 s'éloignent. "Le moral a été un peu compliqué en début de semaine... Nous avions l'impression d'avoir fait ce qu'il fallait faire" poursuit le technicien nîmois. A Brest, la victoire s'impose d'elle-même. "Le match nul, a priori, n'est pas un bon résultat mais c'est une bonne performance quand même, on parle de Brest! Ils ont l'habitude de dominer, ont beaucoup d'occasions, maîtrisent le jeu, sont techniquement aboutis et ont un potentiel offensif important. C'est une équipe redoutable avec un parcours très régulier. De la Ligue 2, Brest est certainement l'équipe qui maîtrise le plus son sujet et qui a un style très marqué".

"Rien n'est impossible!"

Alors difficile d'imaginer le miracle. Cependant, les Crocos ont des armes à faire valoir. Rappelons qu'ils comptent parmi les meilleures équipes à l'extérieur et que, même s'ils sont fragiles face aux équipes du bas de tableau, ils assument pleinement leur statut dès qu'ils affrontent la crème de la crème. "Nous devons être bons dans la récupération, le pressing, la défense et la précision afin de gêner leur jeu de passes. Il nous faudra également mieux utiliser nos attaques rapides et surtout digérer les absences".

Si Brest a l'habitude de jouer le samedi à 15h, pour les Crocos, c'est une deuxième fois. La première avait été heureuse avec un beau succès à Lens. "Rien n'est impossible! Personne n'avait imaginé nous voir là en début de saison. Tant que mathématiquement c'est jouable, il y a de l'espoir" conclut le coach Blaquart.

Yan Marillat, touché par les insultes de quelques supporters nîmois après le but quil a encaissé face à Auxerre aux Costières Photo Anthony Maurin).
Yan Marillat, touché par les insultes de quelques supporters nîmois après le but qu'il a encaissé face à Auxerre aux Costières (Photo Anthony Maurin).

Yan Marillat ne contredira pas les propos de son entraîneur. Pour lui, le Stade Brestois est une formation qui joue mieux que Strasbourg. La vigilance est de mise, surtout après le but encaissé aux Costières face à Auxerre. Le portier croco avancé s'était fait lober à 50 mètres par Yattara, dure expérience pour l'irréprochable Marillat. "Sur le coup, ça fait mal, mais le coach m'a dit qu'il fallait continuer à jouer haut. On a fait le bilan et je suis arrivé à récupérer de nombreux ballons qui passaient derrière la défense en faisant ça. Là, j'ai pris un sacré but... Je ne vais pas en prendre un comme ça tous les week-ends! Je n'ai pas dormi pendant deux jours et j'ai entendu pas mal d'insultes qui venaient de derrière les buts".

"J'ai confiance"

Le moral dans les chaussettes, le championnat n'est pas fini pour autant. Même si les chances sont maigres, les Crocos doivent se ressaisir. "Nous n'avons pas fait de séance video lundi, nous sommes arrivés à l'entraînement la tête basse mais depuis mercredi, ça va mieux. On a l'impression que peu importe qui joue dans l'équipe, nous arrivons à gagner des matchs et à être concernés, j'ai confiance" évoque le gardien nîmois. "On gagne ensemble, on perd ensemble, c'est ce qui a fait notre force. La défaite face à Auxerre est peut-être un mal pour un bien, il faut gagner à Brest même si avons avec beaucoup d'absents. Si on ne monte pas, on pourra avoir des regrets. Il faut qu'on gagne les trois matchs qui sont à jouer pour espérer quelque chose" conclut celui qui n'aime pas trop prendre l'avion et qui ne peut pas voyager sous médicaments de peur de ne pas être à 100% au coup d'envoi.

Le groupe nîmois: Yan Marillat, Gauthier Gallon - Gaëtan Paquiez, Zié Diabaté, Anthony Briançon, Anthony Marin, Fabien Garcia - Florian Fabre, Téji Savanier, Ousmane Cissokho, Nasser Chamed, Théo Valls - Renaud Ripart, Christian Kouakou, Sada Thioub et Karim Ait Fana

ObjectifGard vous propose de suivre le match en direct à partir de 14h30 sur Twitter et sur le site Internet. Avant-match, match en direct, réactions après-match, vivez cette rencontre décisive comme si vous étiez dans les tribunes du stade de Brest.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité